Passion Lettres Deux

Livre du jour Blaise Pascal Pensées

Chaque jour un livre en téléchargement gratuit

Les célèbres pensées... Édition de 1655

Les Pensées de Pascal sont un des rares textes du XVIIe siècle dont nous possédions les manuscrits originaux. Cela tient au fait que l’œuvre est demeurée inachevée en raison de la mort prématurée de son auteur. Dans les années qui ont suivi la polémique des Provinciales et le concours sur la roulette, Pascal se proposait d’écrire un ouvrage destiné à exposer les raisons de croire à la révélation apportée par la religion chrétienne, mais il n’a laissé à sa disparition que des manuscrits préparatoires (qui auraient été détruits s’il avait vécu assez longtemps pour faire imprimer son ouvrage achevéWinking. C’est sa famille et ses amis de Port-Royal qui ont décidé de publier, au moins partiellement, et avec d’importantes corrections, les textes qu’ils ont découverts. Conscients de la nécessité de préserver non seulement les textes eux-mêmes, mais la trace de l’état dans lesquels ils avaient été retrouvés, ils en ont fait établir des Copies.

BLAISE PASCAL, Pensées sur la religion et sur quelques autres sujets

Livre du jour Blaise Pascal Les Provinciales

INCIPIT
Chaque jour un livre en téléchargement gratuit

«… par où m’attaquerez-vous, puisque ni mes discours ni mes écrits donnent aucun prétexte à vos accusations d’hérésie, et que je trouve ma sûreté contre vos menaces dans l’obscurité qui me couvre? Vous vous sentez frappés par une main invisible, qui rend vos égarements visibles à toute la terre; et vous essayez en vain de m’attaquer en la personne de ceux auxquels vous me croyez uni. Je ne vous crains ni pour moi, ni pour aucun autre, n’étant attaché ni à quelque communauté, ni à quelque particulier que ce soit. Tout le crédit que vous […]. »

Les Provinciales, de Blaise Pascal.

Livre du jour Blaise Pascal Textes


(1623) Étienne et Antoinette s’inquiètent de la santé de leur petit: Blaise est terrifié par l’eau; Blaise ne supporte pas que ses parents se touchent; Blaise se meurt. Rumeur: la mauvaise santé de l’enfant, conséquence d’un sort de sorcière? Confirmation de la sorcière soupçonnée, laquelle habite dans le voisinage. Marchandage entre la sorcière et les parents Pascal. Conclusion des négociations: retirer le sort de l’enfant, en le transférant sur un autre être vivant. Proposition du père Pascal: un cheval. Générosité subite de la sorcière: un chat suffira. Déroulé des événements: la sorcière jette le chat par la fenêtre; le chat meurt; Pascal vit.
(Dix ans plus tard.) Étienne Pascal interdit formellement à Blaise de faire des mathématiques. Il cache tous les livres de maths de la maison, n’évoque jamais le sujet maudit devant son fils, à qui il défend « d’en parler et d’y penser jamais ». Le petit Pascal, qui s’ennuie ferme, écrit « un traité » sur le bruit que fait un plat de faïence lorsqu’on le frappe avec un couteau.
(1635) Étienne Pascal surprend Blaise en flagrant délit de désobéissance: à savoir occupé en train de démontrer la 32e proposition du Ier Livre d’Euclide, « la somme des angles d’un triangle est égale à deux droits ». Bouleversé, Étienne Pascal court chez son meilleur ami, dans les bras duquel il fond en larmes — de joie.
(1642) Pascal invente la Pascaline, une machine à calculer, pour aider son papa, qui vient d’être nommé Commissaire à la levée des impôts auprès de l’Intendant de Normandie. La Pascaline est fabriquée en cuivre, ivoire et ébène; elle coûte 100 livres.
(Quelques années plus tard) Pascal calcule le poids de l’air. L’air pèserait donc ce jour-là « huit millions de millions de millions, 283.889 millions de millions, 440.000 millions de livres ».
(Hiver 1647)
Pascal ne croit pas à ce que dit le Père Noël: lequel récuse l’existence du vide.
(1653) Pascal, très mondain, a un carrosse à six chevaux; seul le roi peut s’enorgueillir d’avoir deux chevaux de plus.
(Lundi 23 novembre 1654) De dix heures et demie à minuit, Pascal vit une « nuit de feu »… avec Dieu. Conséquence: Pascal abandonne son carrosse, écrit les Provinciales et les Pensées.
(nuit du 17 au 18 août 1662) Pascal est à deux doigts de la mort. Le curé Beurrier lui crie « voici enfin Celui que vous avez tant désiré! » — conséquence contraire: ça le rappelle à la vie.
(le lendemain) Pascal meurt: une simple soustraction nous apprend qu’il avait trente-neuf ans.

source
: André Le Gall, Pascal, Flammarion, 2000.

dans ce site :
de nombreuses fiches de travail sur Pascal.