Prendre des distances, prendre des précautions



Observation

(Conversation à la sortie du cinéma entre Ernest-Antoine et Katherine. Ils viennent de voir
BATMAN)

E.A. — Ce film est très mauvais, il est encore plus infantile que la BD.
K. — Difficile à dire. Certains assurent qu’il est aussi intéressant.
E.A. — Le héros est ennuyeux. Rien de bon, à part de costume.
K. — Il ne faut pas exagérer.
E.A. — Le scénario est totalement inexistant.
K. — On ne peut pas vraiment dire ça.
E.A. — L’acteur en fait des tonnes. Cette batmania délirante, c’est nul !
K. — Sans doute, mais il y a peut-être une autre manière de voir les choses : d’après les critiques, le héros devient très émouvant à la fin.


Questions

1. Katherine est-elle du même avis qu’Ernest-Antoine sur le film ?
2. Comment Katherine s’y prend-elle pour éviter de le contredire et de le vexer ?
3. Comment Katherine présente-t-elle des paroles qui contredisent l’avis d’Ernest-Antoine ?


Leçon

Pour ne pas s’engager :

Ah, oui, vraiment ?
Allez savoir !
Ce n’est pas vraiment mon domaine.
Ce n’est peut-être pas si simple.
Certainement. Sans doute. Peut-être.
Difficile à dire, difficile de juger.
Il ne faut pas exagérer. N’exagérons rien
Il y a tellement à faire !
Laissez-moi réfléchir.
Pardon ?
Si, si, bien sûr !
Tu crois ? Vous croyez ?
Vous pensez vraiment ce que vous dites ?
Voyons, voyons !


Pour ne pas blesser par un refus :

Ce n’est pas à moi qu’il faut demander ça.
Excusez-moi, mais il faut que j’en parle à ma femme, à mon mari, à mes enfants.
Il faut que j’en parle à mes collègues.
Il faut que je demande l’autorisation de mes parents
J’aimerais bien, mais je ne peux pas.
Je n’y connais vraiment rien.
Je ne peux pas vous répondre maintenant.
Je vais voir.
Je vais y penser.
Je vais y réfléchir.
Laissez-moi le temps de réfléchir.


Pour attribuer à quelqu’un des paroles dont on lui laisse la responsabilité :

• Citer ses sources

À leur avis,
Aux dires de l’auteur,
D’après les organisateurs,
Selon l’auteur,
Si l’on en croit les sondages.
Si l’on en croit les témoins,
Suivant la gardienne de l’immeuble…

• En soulignant par l’intonation ou une expression rituelle que vous citez les paroles de quelqu’un :

C’est soi disant un accident.
C’est un accident, le commissaire dixit,
C’est, je cite, un « accident »

• En choisissant des verbes introducteurs qui marquent

— que vous ne croyez guère à ce qui a été dit ;
— que vous répétez les paroles avec prudence : soutenir, maintenir, avancer, prétendre, certifier, jurer…

• En utilisant le conditionnel et la plupart des marques du point de vue de l’émetteur :

Les scientifiques affirmeraient que… Il est possible que… Il est probable que…


Exercices

1. Vous voyagez en train et votre voisin(e) vous pose des questions indiscrètes. Vous répondez évasivement.

2. Vous êtes dans un taxi. La voiture est bloquée par une manifestation. Le chauffeur commence à donner son opinion sur la situation. Vous, vous ne voulez pas engager la discussion.

3. Un vendeur d’encyclopédie frappe à votre porte. Vous l’éconduisez poliment sans le heurter de front.

4. Vous entrez dans un magasin de vêtements. Immédiatement, la vendeuse vous propose de vous conseiller. Vous voudriez choisir en paix, sans être impoli (e).

5. Votre meilleur (e) copain (amie) vient d’adhérer à une association qui vous paraît un peu bizarre. Elle veut vous emmener à une réunion de son club. Vous ne voulez pas vous opposer directement à elle, mais vous refusez de vous laisser entraîner.

6. Vous êtes invité pour la première fois chez les parents d’un copain. Au cours de la discussion, on vous demande votre opinion sur un sujet épineux. Votre opinion est opposée à celle de la famille, mais vous ne voulez pas vous brouiller avec Marcel. Improvisez la scène.


Retenons

Pour répondre à un interlocuteur sans être impoli(e) et sans le heurter de front, on peut prendre de la distance et marquer qu’on ne veut pas entamer une discussion.

On peut également prendre des précautions, et être prudent dans ses affirmations, pour éviter les erreurs ou prendre de la distance par rapport aux paroles que l’on cite ou que l’on évoque.

Les journalistes utilisent fréquemment ce procédé pour éviter les procès.

Fiche publiée dans Grammaire et activités 4e, Nathan, 1998.