Poser un fait comme certain



Observation

Dialogue:
— En Belgique, la plupart des gens paient tout avec une carte à puce.
— T’es sûr (e)
?
— Absolument certain (e)
! C’est un porte-monnaie électronique qui se recharge même dans une cabine téléphonique.
—… (le même) On peut même payer une baguette de pain, ou une seule photocopie.
— Super
!
— Il est certain que c’est l’avenir
!
— Je suis convaincu (e) que ça simplifie la vie des gens.
— Ce qui est sûr, c’est que nous pourrons bientôt en faire autant.


Questions:

1. Quelles phrases présentent une information nouvelle pour l’interlocuteur
? De quelles informations s’agit-il?
2. Quelles expressions présentent ces informations comme certaines
?
3. Quel est le mode et les temps des verbes
?


Leçon

Pour exprimer qu’un fait est certain

— les expressions
bien entendu, sans aucun doute, ce qui est sûr, c’est que…, c’est bien lui qui…
c’est certain, évident, ça va de soi, bien sûr, ça va sans dire, de source sûre.
niveau familier: c’est couru d’avance, ça ne va pas rater, ça ne fait pas un pli, c’est dans la poche, à tous les coups…
expressions imagées comme deux et deux font quatre, il n’y a pas l’ombre d’un doute, clair comme le jour, clair comme de l’eau de roche, ça saute aux yeux, c’est réglé comme papier à musique, être ferme sur ses arçons, mettre la main au feu, en avoir le cœur net.

— les adverbes
certes, certainement, assurément, évidemment, sans aucun doute…

— le mode indicatif
— le présent qui exprime une vérité générale
: je constate qu’il est absent.
— le passé composé ou le passé simple accompagnés de
toujours, souvent, jamais

— les tournures impersonnelles
il est (tout à fait) certain, sûr,
niveau soutenu: il est avéré, incontestable, hors de doute, évident, clair, incontestable que… il apparaît que… il va de soi que…, il va sans dire que… il faut se rendre à l’évidence…, il faut reconnaître…, il faut admettre que…

— les constructions
c’est certain…, c’est sûr, on ne peut pas nier que…, comme chacun (le) sait…, de toute évidence…, de fait…, c’est un fait que…, ça va sans dire…

Pour constater

Je constate, j’observe que, je vois que, je remarque que, je note, je remarque, je vois, j’observe que…

Pour exprimer une certitude personnelle (conviction)

Je suis certain, je suis sûr que…,
je ne doute pas que…, je suis convaincu que…, je suis persuadé que
J’ai la certitude, la conviction, l’assurance que… je n’en pense pas moins, j’en mets ma main au feu

Les formules d’insistance

Je le répète, je vous assure que…, je vous certifie que…

Pour exprimer l’impossibilité

Il est impossible… il est exclu que… il n’y a aucune chance pour que…


Exercices
1. Imaginez la situation de communication dans laquelle les faits suivants seront énoncés. Présentez ces faits comme certains
:

En l’an 2020, chaque élève aura son ordinateur personnel.
Mon client est innocent de cette affaire.
Le tabac est responsable de la formation du cancer du poumon.
L’aide humanitaire se suffit pas en Afrique.
Les dauphins sont des animaux intelligents.


2. Jouez les situations suivantes et faites parler les personnages
:

Un savant faisant une conférence sur les méfaits de la pollution atmosphérique.
Des policiers ont établi que le hold-up avait eu lieu à 13H17.
Un professeur encourage un élève, à la veille d’un examen.
Un astronome parle de la vie sur les planètes du système solaire.


Résumé

Quand il pose un fait comme certain, l’émetteur reconnaît l’existence de ce fait de manière extérieure et objective.
La certitude est en principe objective. Elle repose sur des preuves.
La conviction est plutôt une croyance intime, intérieure.

Fiche publiée dans Grammaire et activités 5e, Nathan, 1997.