Hergé, Les Bijoux de La Castafiore



Objectifs de l’étude

• Donner une grille d’analyse simple et efficace pour permettre aux élèves d’étudier la plupart des albums de la série.
• Étudier un album qui présente une grande originalité de contenu par rapport aux classiques « Aventures de Tintin ».
• Par le biais de cette étude, donner progressivement aux élèves une méthode conceptuelle d’approche des récits
• Favoriser l’expression écrite par une meilleure maîtrise des techniques narratives.

I. Première étape

Présentation de l’œuvre
: elle sera rapide, car la série est tout à fait connue des élèves. Tintin est une bande dessinée d’aventures de l’école belge. Elle a fait son apparition en 1929 dans le supplément d’un journal bruxellois: « Le Vingtième Siècle ». C’est seulement après la Deuxième Guerre mondiale que Tintin devint une vedette. La bande s’est alors enrichie de personnages beaucoup plus hauts en couleur que les deux héros initiaux: le Capitaine Haddock, les Dupond et Dupont, et le professeur Tournesol.

A. Étude des stéréotypes

Par groupes, une étude des constantes (ou stéréotypes) de la BD d’Hergé sera menée.

1.
Étude du personnage de Tintin

Limpidité de la personnalité
; adolescent au regard pur, âme tendre; aucun défaut: ne fume pas, ne boit pas, parle peu, ne dit jamais d’injures, respecte les horaires et les promesses; ni passion ni hobby; courageux mais pas téméraire; boy scout obligeant et un peu terne.

2.
Étude des personnages secondaires

Capitaine Haddock: ivrogne tonitruant et sympathique; jure en couleurs.
Professeur Tournesol: distrait et sourd; déclenche des catastrophes.
Castafiore: envahissante; monstre de féminité hypertrophiée; son chant est comme une bourrasque; mais son nez crochu (elle est toujours de profil) n’est pas un indice de méchanceté. (On a reproché à Hergé sa misogynie.)
Dupond et Dupont: candides et inadaptés…

On peut aisément faire constater l’évolution de la BD au détriment du personnage de Tintin. Les autres personnages lui font une concurrence victorieuse. Sa personnalité se rétrécit. Le capitaine Haddock est devenu la vedette
: c’est lui qui a les meilleures répliques.
Si le professeur le juge bon, il peut être passionnant d’étudier l’évolution idéologique de cette BD
: […]


B. Étude de l’image
1. Étude des codes des images
[…]
2. Étude des textes des bulles
[…]
3. Etude des rapports entre les paroles et le dessin

[…]
4. Relations entre les images

II. Deuxième étape

La narration
les personnages
Les codes de la BD
[…]
les héros
Le dessin

III. Troisième étape
les différentes séquences narratives de l’histoire
[…]

IV. Quatrième étape
1. L’action
2. La structure du récit. Comment l’auteur parvient-il à faire un récit où rien ne se passe
? Cette question a occupé toute la séance; les élèves ont travaillé par groupes sur les points suivants:
a. Les changements de lieu
: Les changements de lieu intérieur/extérieur du château sont-ils significatifs? Un relevé précis a montré qu’ils étaient très nombreux, (21 changements!) mais non significatifs.
[…]
b. L’écoulement du temps
: Comment est ressenti l’écoulement du temps dans l’album?
[…]
L’écoulement du temps ne se fait pas de manière uniforme
: certains moments sont privilégiés, parfois la narration accélère, parfois elle fait des pauses longues. Exemple: « Trois semaines plus tard », p. 57: ellipse.
Longue durée pour une histoire où il ne se passe rien
! La classe a remarqué un des procédés utilisés par Hergé pour rythmer son récit: les changements de toilette des personnages.

V. Cinquième étape

Elle sera consacrée à l’étude des moyens de communication, dont la présence est obsédante dans l’album, et qui sont souvent subtilement détournés. Une cacophonie d’images, de sons, de bruits envahit Moulinsart avec la diva.
Qui parle
? Qui répond?
L’espace est plein du bruit des gammes d’Igor (Stravinski) Wagner et de vocalises.

A. L’exploitation des moyens de communication
le téléphone
[…]
les journaux
[…]
la télévision
[…]
B. L’exploitation du langage

1. Le radotage. Puisqu’il n’y a pas d’action, le radotage s’installe et Hergé en fait un rythme: sonneries du téléphone, perroquet qui l’imite ou renvoie des jurons, vocalises ou cris hystériques de Castafiore « Ciel, mes bijoux», exercices du pianiste, chutes répétées des personnages dans l’escalier.
[…]

3. Prolongements. Dans une classe de lycée, il serait intéressant de prolonger cette étude par celle d’un roman qui, lui aussi, parodie toutes les lois du genre
: Zazie dans le métro, de Raymond Queneau, mais avec d’autres moyens: antiphrases (le titre), incertitude sur les lieux (Panthéon ou Gare de Lyon), confusion des rôles, confusion des âges, confusion des sexes, lapsus devenant vérité, définitions négatives (le tabac qui n’est pas celui du coin), la dérision, les parodies…
Comme dans les
Bijoux de la Castafiore, tous ces procédés minent de part en part un récit qui n’en est pas un: déconstruction d’un genre et construction d’une œuvre.

Étude publiée dans la N.R.P. N°3, DÉCEMBRE 1981



pour obtenir le fichier électronique complet de 11 pages en pdf:
Participation de 3,99 euros aux frais d’hébergement du site

Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !