Robert-Louis Stevenson, L’ÎLE AU TRÉSOR







Biographie

Un bohème et un grand voyageur


Celui que les indigènes de Polynésie surnommèrent Tusitala, le conteur d’histoires, mérite toujours cet hommage. Robert-Louis Stevenson, dont l’œuvre exalte la jeunesse, l’aventure, l’action, l’optimisme et le courage, arracha durement à la maladie, avec beaucoup d’élégance et de volonté, les romans qui continuent de nous enchanter :
L’Île au trésor, Dr Jekyll et Mister Hyde, Catriona, Le Maître de Ballantrae
On oublie ses autres écrits, qui furent nombreux et variés. On oublie l’homme, qui fut un grand voyageur, et un homme révolté contre la société de son temps.

Une enfance heureuse mais maladive

Robert-Louis Stevenson est né à Édimbourg (Écosse) le 13 novembre 185O dans une famille d’ingénieurs. De santé délicate, il est très choyé et son penchant à la rêverie s’affirme. À seize ans, il écrit un petit roman historique qui est publié à cent exemplaires aux frais de son père. Il se prépare ensuite à une carrière d’ingénieur à l’université, mais il s’oriente plutôt vers la fréquentation des cabarets et les aventures féminines. Pour l’arracher à cette atmosphère, son père l’emmène dans ses tournées d’inspection des ports écossais. Il y prendra le goût de la mer et de l’aventure.

Une jeunesse bohème et turbulente

En 1871, pour des raisons de santé, Robert-Louis abandonne ses études d’ingénieur pour faire du droit. Mais il se trouve vite condamné au repos forcé et passe souvent ses hivers en France. Il devient un habitué du cercle des peintres de Barbizon, près de Fontainebleau. En 1876, il y fait la connaissance de Fanny Osbourne, une jeune Américaine, de dix ans plus âgée que lui, qui vit séparée de son mari. C’est le grand amour. En 1878, Fanny regagne l’Amérique et Robert-Louis, en compagnie de l’ânesse Modestine, traverse à pied les Cévennes. Il publiera en 1879
Voyage avec un âne dans les Cévennes. En août, il part rejoindre Fanny. Sans argent, il voyage dans des conditions difficiles, et, arrivé à San Francisco, il tombe très gravement malade. En 1880, il épouse Fanny qui vient de divorcer, et se réconcilie avec son père.

La naissance d’un écrivain

Robert-Louis avait déjà publié plusieurs ouvrages sans le moindre succès lorsque, en 1881, de retour en Écosse, il compose
L’Île au trésor pour amuser son beau-fils, Lloyd Osbourne. Cet ouvrage connaît un succès immédiat et le rend célèbre. Malgré sa tuberculose pulmonaire, et une extrême faiblesse, il publie La Flèche noire (1883). L’Étrange cas du Dr Jekyll et Mister Hyde, inspiré par un cauchemar dû à la maladie, connaît un immense succès en 1886. En juillet de la même année paraît le roman Enlevé !, qui raconte les aventures d’un enfant au XVIIIe siècle.
En 1887, installé aux États-Unis près, Robert-Louis commence
Le Maître de Ballantrae, qui paraîtra en 1889.

Tusitala, dans les mers du Sud

En 1888, Robert-Louis Stevenson fait une croisière dans les mers du Sud. Il visite les îles Marquises, puis les Touamotou et Hawaï. En 1889, il séjourne aux îles Samoa, archipel volcanique de Polynésie. Séduit par la beauté du lieu et la douceur du climat, il décide de s’y fixer. À Samoa, les indigènes l’appellent « Tusitala », le conteur d’histoires. On l’écoute comme un sage et comme un magicien. Sa gloire littéraire est grande. Il publie
Trafiquant d’épaves (1893), Catriona (1893), un recueil de nouvelles : Veillées des îles (1894) Juste avant sa mort, le 3 décembre 1894, il rédige deux romans en même temps : Hermiston (publié en 1896), et Le Prisonnier d’Édimbourg (1897).
Les indigènes l’ont enterré, selon son vœu, au sommet du pic Vaea, d’où sa tombe domine le Pacifique.


CONTEXTE HISTORIQUE 1850-1883.

L’Auteur

Robert-Louis Stevenson, sa femme et son beau-fils Lloyd Osbourne sont en Écosse en 1881. Un matin de pluie, Lloyd dessine la carte d’une île imaginaire. Stevenson entre et la complète de trois croix rouges. Puis il écrit « l’île au trésor ». L’enfant lui réclame une histoire sur cette carte. Sans un mot, Louis empoche le papier, à la grande déception de l’enfant. Mais le lendemain, celui-ci est convoqué dans la chambre de son beau-père. La carte est sur le couvre-pieds. Et Louis se met à lire à haute voix le premier chapitre de l’Île au trésor.

Événements historiques 

En France

1851 : coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte, prince-président.
1857 : Début des travaux du tunnel du Mont-Cenis.
186O : Annexion de la Savoie et du comté de Nice à la France après élections.
1870 : guerre franco-allemande, capitulation de Sedan (4 septembre)
Fin du Second Empire et proclamation de la République.
1871 : Insurrection de la Commune de Paris.
1880 : Le 14 juillet devient fête nationale.
1883 : IIIe République, ministère de Jules Ferry.
Loi sur l’enseignement primaire : gratuit, laïc et obligatoire.
Expansion coloniale à Madagascar, au Tonkin. Guerre contre la Chine.

En Angleterre
Règne de la reine Victoria (1837-1901).
Agitation des Irlandais : attentats terroristes.
Difficultés économiques.
Agitation en Afrique, au Soudan.

En Europe
187O : Proclamation de l’Empire allemand et de l’unité du royaume d’Italie.

Aux États-Unis 
1861-1865 : Guerre de Sécession.


Arts et sciences

Littérature 

1857 : Baudelaire :
Les Fleurs du Mal.
1859 : Victor Hugo :
La légende des Siècles (1re série).
1860 : George Eliot :
Le Moulin sur la Floss.
1867 : Émile Zola : Thérèse Raquin.
1868 : Jules Verne :
Vingt-mille lieues sous les mers.
1870 : Paul Verlaine :
La Bonne Chanson
1876 : Stéphane Mallarmé :
L’Après-midi d’un Faune.
1876 : Mort de Gustave Flaubert.
1883 : Victor Hugo :
La Légende des siècles ; Pierre Loti : Mon frère Yves ;
Émile Zola :
Au Bonheur des dames.

Musique

1864 : Meilhac et Halévy :
La Belle Hélène ; Gounod : Mireille.
1883 : J. Brahms :
Symphonie N° 3 ; Chabrier : Espana ; L. Delibes : Lakmé.

Peinture et sculpture 

1857 : Jean-François Millet :
Les Glaneuses
1883 : Rodin :
Le penseur ; A. Renoir : Le fils de l’artiste.

Sciences et techniques 

1875 : Alfred Nobel invente la dynamite.
1876 : Invention du téléphone par Graham Bell
1877 : Invention du phonographe par Edison.
1883 : Fabrication de la soie artificielle ; le premier tramway électrique.
1888 : Fondation de l’Institut Pasteur


Histoire de l’œuvre.

Poésie de l’aventure et puissance du rêve


Un écrivain précoce

A treize ans, Robert-Louis compose une revue manuscrite qui contient des histoires terrifiantes, et qu’il vend deux sous l’exemplaire. À seize ans, il écrit un roman historique : La Révolte du Pentland, puis des poèmes. En 1873, il fait la connaissance d’un critique important qui lui ouvre les portes du monde littéraire. Il apprend son métier d’écrivain en travaillant beaucoup, en publiant des analyses critiques.

La France et la bohème 

De ses séjours en France, à partir de 1875, Louis tire ses premiers livres : un recueil de contes, Les Nouvelles Mille et une nuits, et son premier volume : Au fil de l’eau (1878). L’année suivante, c’est le charmant récit de Voyage avec un âne dans les Cévennes (1879). « J’étais l’animal le plus heureux de France », écrira-t-il.
En 1880, il publie les souvenirs de son long et difficile voyage en Amérique, à la recherche de Fanny :
L’Émigrant amateur.

La naissance d’un chef-d’œuvre

Pour distraire et enchanter son jeune beau-fils Lloyd Osbourne, âgé de quatorze ans, Louis compose le Jardin de poèmes pour enfants (1885) et son premier roman, L’Île au trésor, dont le premier titre était Le Cuisinier du bord.
Robert-Louis Stevenson, sa femme et son beau-fils Lloyd Osbourne sont en Écosse en 1881. Un matin de pluie, Lloyd dessine la carte d’une île imaginaire. Stevenson entre et la complète de trois croix rouges. Puis il écrit « l’île au trésor ». L’enfant lui réclame une histoire sur cette carte. Sans un mot, Louis empoche le papier, à la grande déception de l’enfant. Mais le lendemain, celui-ci est convoqué dans la chambre de son beau-père. La carte est sur le couvre-pieds. Et Louis se met à lire à haute voix le premier chapitre de l’Île au trésor.
L’ouvrage paraît en feuilleton dans un hebdomadaire pour enfants, Young Folks. Louis écrit les quinze premiers chapitres en quinze jours, puis il doit se rendre en Suisse pour raisons de santé. Angoissé, la tête vide, il reprend l’histoire et réussit cependant à terminer le roman au rythme d’un chapitre par jour. La carte dessinée par Lloyd a été perdue. Le roman paraît en volume en novembre 1883, signé « Capitaine John North ». Le public est enthousiasmé.

Dans la tradition de Walter Scott

À trente-cinq ans, vivant comme un invalide, Louis écrit sans arrêt dans son lit. D’un cauchemar, il tire L’Étrange cas du Dr Jekyll et de Mister Hyde (1886), récit hanté par le problème du mal et de la double personnalité. Le succès du livre est phénoménal.
Les romans suivants se placent dans la tradition historique de Walter Scott :
Enlevé ! (1886), et Le Maître de Ballantrae (1889), œuvre qui approfondit le problème du mal et de la prédestination, et montre la cruauté des conflits entre père et fils.

« Tusitala », le conteur d’histoires

Dans les îles du Pacifique, Stevenson et Lloyd Osbourne écrivent en collaboration Trafiquant d’épaves (1893). Louis écrit sans répit, pour un journal new-yorkais, ses Lettres des mers du Sud, puis une nouvelle charmante, La Plage de Falesa, et les contes des Veillées des îles (1894). Mais, par nostalgie du pays natal, les derniers romans se passent en Écosse : Catriona (1893), Le Prisonnier d’Édimbourg, et Hermiston, œuvre grave et tragique, chef-d’œuvre inachevé.


Tableau chronologique de l’œuvre.

Voyage avec un âne dans les Cévennes, 1879.
L’Île au trésor, 1883.
La Flèche noire, 1883.
L’Étrange cas du Dr Jekyll et de Mister Hyde, 1886.
Enlevé ! 1886.
Le Maître de Ballantrae, 1889.
Catriona, 1893
Trafiquant d’épaves, 1893.
Veillées des îles, 1894.
Hermiston, le juge-pendeur, 1896, posthume.
Le prisonnier d’Édimbourg, 1897, posthume.


AU FIL DU TEXTE

L’île dont le prince est un enfant.

Résumé de l’œuvre.

Première partie : Le vieux flibustier.

L’histoire se déroule au XVIIIe s. Dans l’auberge isolée de « L’Amiral Benbow » survient un vieux marin nommé Billy Bones, sur qui pèse une obscure menace. Celle-ci se précise le jour où un mendiant aveugle vient lui remettre la « tache noire ». Le jour même, le vieil ivrogne meurt. En ouvrant sa malle, Jim et sa mère, tenancière de l’auberge, découvrent la carte d’une île dans laquelle est caché le fabuleux trésor du pirate Flint. En vain les pirates donnent-ils l’assaut à l’auberge pour s’emparer de la carte : Jim s’est réfugié auprès du châtelain Trelawney et du docteur Livesey et tous décident d’affréter un navire pour rejoindre l’île au trésor.

(…)

Étude publiée dans la collection des Grands classiques Nathan


pour obtenir le fichier électronique complet en pdf :
ouvrage complet de 92 pages
Participation de 4,99 euros aux frais d'hébergement du site

Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !