Gaston Leroux, Le fauteuil hanté



Buts pédagogiques de cette étude

• Guider les élèves dans la découverte des différentes étapes du récit.
• Leur faire repérer les différents aspects de l’œuvre : roman policier, roman de sciencefiction, récit fantastique, texte satirique.
• Leur donner - pourquoi pas ? - quelques « recettes » pour écrire un roman-feuilleton, en observant les caractéristiques du style de Leroux.

1. Introduction

D’abord avocat, puis grand reporter au journal Le Matin, Gaston Leroux publie son premier roman en 1903, La Double Vie de Théophraste Longuet, un paisible bourgeois découvre peu à peu qu’il a été dans une autre vie le célèbre bandit Cartouche. En 1907, paraît le célèbre Mystère de la chambre jaune, Joseph Rouletabille fait sa première apparition, suivi en 1908 du Parfum de la dame en noir. C’est en 1909, un an avant Le Fantôme de l’Opéra, que paraît en feuilleton, dans le mensuel Je Sais Tout, puis en volume chez Lafitte, une amusante charge contre l’Académie Française : Le Fauteuil hanté.

Déjà en 1885, Alphonse Daudet avait raillé la docte assemblée dans un roman beaucoup trop oublié actuellement : L’immortel.

Le Fauteuil hanté est le plus amusant des romans de G. Leroux. Celuici avait fréquenté les séances solennelles de l’Académie et les réceptions des nouveaux élus pour le compte de son journal. Il eut l’idée originale de faire entrer dans cette maison quelqu’un qui ne savait pas lire. Pourquoi pas ? On sait bien que l’Académie a reçu nombre de personnages, de préférence gradés ou titrés, qui ne savaient pas écrire.

Leroux n’a jamais sollicité son entrée à l’Académie : son roman n’est donc pas une vengeance ! Il n’avait qu’une relative estime pour l’illustre Compagnie…

2. Méthode de travail

Deux méthodes de travail s’offrent au professeur selon le niveau de la classe :

a. Faire lire à l’avance le texte intégral du roman et demander, pour chaque chapitre de noter son titre, sa longueur en nombre de pages, le résumé très rapide des faits marquants sous forme de note, la présence ou l’absence d’amorce à la fin du chapitre (technique du roman-feuilleton).

Ensuite, en classe, on cherche avec les élèves à regrouper les chapitres en unités supérieures ou « séquences narratives », en tenant compte des lieux, des décrochages temporels, de l’unité d’action, des personnages.

Cette méthode est assez exigeante, mais passionnante avec des élèves entraînés.

b. Le repérage étant fait au préalable, donner à lire et à travailler une séquence narrative par semaine, ce qui donne un programme de travail de quatre à cinq semaines, étant donné que la première séquence, très longue, peut être scindée, et que les deux dernières peuvent être étudiées ensemble.

3. Les différentes séquences narratives

SQ1 : les meurtres et le déshonneur de l’Académie

a. Les étapes : chapitres 1 à 7 inclus (p. 98 éd. Le Livre de poche)

État initial : Comme souvent dans les romans d’aventures et d’action, cette phase assez statique du récit n’apparaît pas. Il s’agit de la mort de Mgr d’Abbeville et de celle de son premier successeur Jehan Mortimar, pendant son discours de réception à l’Académie française.

Force transformatrice : mort en public de Maxime d’Aulnay, deuxième prétendant à la succession, dans la même circonstance ; le manque initial est aggravé.

Dynamique des actions (ne garder de cette partie très dense du récit que le fil de l’action principale) : élection de Martin Latouche et visite chez lui d’Hippolyte Patard.

Force de résolution, ou équilibrante : mort de Martin Latouche juste avant sa réception.

0 État provisoire : le manque initial est aggravé : 3 morts ! Début d’enquête d’un obscur marchand de tableau, présenté dès les premières lignes, chez le savant académicien Loustalot, qui considère les morts comme naturelles. Mais que de questions en suspens !

b. Travail complémentaire

On fera travailler les élèves, en vue de la synthèse, sur :

• l’énigme policière : l’exposition, les indices, le premier suspect : Eliphas ;

• le récit fantastique : l’occultisme (le secret de Thot), les parfums qui tuent, la boîte qui marche…, l’épouvante (affaire Fualdès) ;

• les techniques narratives variées : le « retour en arrière » : visites de Mortimar et d’Aulnay chez Latouche, l’article de journal inséré pp. 74-76 ; la description de Babette p. 38 ; la présentation des personnages (G. Lalouette) typique du roman populaire : une phrase significative, reprise mot pour mot, servant de ligne de reconnaissance à la lecture, à retrouver au fil des pages.

SQ2 : La candidature de Gaspard Lafouette : ch. 8 à 11 inclus

a. Les étapes

Le repérage du début de la séquence est facile à cause du décrochage temporel de la p. 99 : « Plusieurs mois s’étaient écoulés » ; d’autre part, l’essentiel de la séquence se passe chez Lalouette.

État inital : état provisoire de la SQ 1.

• Force transformatrice : candidature de G. Lalouette au fauteuil hanté.

Dynamique des actions : G.L. apprend à Patard qu’il ne sait pas lire. Celui-ci décide, pour l’honneur de l’Académie, de garder le secret.

Force équilibrante : arrivée d’Eliphas lui-même chez Lalouette.

État provisoire : Eliphas est vengé de ne pas entrer à l’Académie. Euphorie : Lalouette ne risque rien (p. 131).

b. Travail complémentaire

Continuer le repérage et le classement des « amorces » en fin de chapitres ;

• La satire contre l’Académie : relevé précis, surtout dans le chapitre 8 et tout au long de la séquence : le postulant devenu marchand de peaux de lapin, etc.

• Les techniques narratives : retours en arrière sur la vie de G. Lalouette, sur son enquête préalable auprès de la mère d’Eliphas ; amorce dès la p. 10 de l’ignorance de Lalouette révélée p. 113, etc. ; tout en continuant de compléter les études amorcées précédemment, par équipes, sur le récit policier (fausses pistes), le fantastique, l’épouvante…

◊ SQ3 : Le secret du Grand Loustalot

a. Les étapes : chapitres 12 à 17 inclus

La séquence se repère facilement par le décrochage temporel du début p. 134 : « Deux mois se passent », et par l’unité de lieu : l’essentiel de l’action se passe chez Loustalot, à La Varenne-Saint-Hilaire.

• Force transformatrice : visite de politesse traditionnelle (grand rôle dans le cérémonial de candidature à l’Académie !), ainsi que la lettre d’Eliphas. « Ce n’est pas une raison, parce que je ne suis pas un assassin… » p. 138, engendrant le malaise des deux « héros ».

• Dynamique des actions : découverte du secret du grand Loustalot (l’homme en cage) et explication des meurtres : cause et moyens utilisés.

• Force équilibrante : fuite des deux hommes grâce à la clef dérobée par Dédé au géant Tobie.

• État provisoire : « Ils se crurent sauvés ». (!)

b. Travail complémentaire

Outre les pistes évoquées, qu’il ne faut pas abandonner, on peut faire travailler :

• Les traits du récit de science-fiction, à propos des inventions de Dédé. Ce « perce-oreille » qui tue, n’estce pas une prescience des ultrasons ? d’ondes meurtrières encore inconnues mais qui peuvent nous être révélées, dans un monde qui épuise une grande part de son génie inventif à produire des engins qui tuent ?…

• Le stéréotype du savant fou et criminel il faut reprendre l’étude aux chapitres 2 (sa distraction) et 7 (sa conduite bizarre).

Les techniques du récit : vocabulaire de la terreur et de l’épouvantable.
On peut, si on a les moyens d’en faire polycopier des passages, comparer avec d’autres romans de même type : la fameuse chambre des supplices du
Fantôme de l’Opéra, la chambre des tortures de L’Île aux trente cercueils de Maurice Leblanc. Aucune crainte à avoir : les élèves de 4e/3e adorent jouer à se faire peur. Le succès est garanti !

Nous reviendrons sur l’atténuation de l’horreur par l’humour, typique du style de Leroux (p. 159 : « Êtes-vous morts ? »).
(…)

Étude publiée dans la N.R.P. N°7 , mars 1983



pour obtenir le fichier électronique complet en pdf :
Participation de 3,99 euros aux frais d'hébergement du
site

Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !