Alain-Fournier, LE GRAND MEAULNES


Le Grand Meaulnes constitue, pour les élèves de 3e/2e un contact attrayant avec la littérature. Texte d’évasion faisant la part du rêve adolescent, il permet également une bonne approche de l’étude des ingrédients romanesques. Ainsi on pourra :
• s’éloigner de la critique impressionniste et de la traditionnelle explication de ce roman par la biographie de l’auteur.
• Proposer un programme de lecture et d’étude fondé sur l’analyse structurale du texte.
• proposer une lecture critique du roman, en référence à d’autres œuvres de l’époque romantique.

Habituellement, les explications du Grand Meaulnes (Le livre de poche N° 1 000) se réfèrent d’abord à la biographie d’Alain-Fournier, pour se répandre ensuite en dithyrambes fervents sur le roman, exaltation romantique de l’amitié, de l’adolescence, de l’aventure. Nous voudrions nous éloigner de ce type d’explication, qui ne nous apprend rien sur la composition de l’œuvre.

STRUCTURE NARRATIVE

Si nous commençons par examiner la table des matières du Grand Meaulnes, nous constatons que ce roman est constitué de trois parties, comportant chacune un nombre presque égal de chapitres : une douzaine dépassant rarement 5 ou 6 pages ; l’histoire y suit le rythme des saisons.

On trouve le même type de découpage chez les Goncourt ou dans les deux romans de Raymond Radiguet : Le Diable au Corps et Le Bal du Comte d’Orgel ; cela les oppose aux romanciers du « courant de conscience », dans les œuvres desquels la durée est traitée d’un bloc : Joyce, Proust ou Claude Simon (La Route des Flandres).

À y regarder de plus près, les séquences narratives du roman ne recoupent pas du tout le découpage en chapitres et même en trois parties. Nous proposons, en classe, d’étudier une séquence narrative par séance. Le travail, à raison de 2 ou 3 séances par semaine, s’étalera sur un mois.

Une séquence narrative est caractérisée par une unité de lieu, une unité de héros principal, une unité de projet. Il faut donc repérer les changements de lieux, les déplacements, les conjonctions et disjonctions des personnages, se préoccuper des durées, et surtout se demander qui est le héros principal de la séquence ; quel est l’objet de son action. Chaque séquence fera l’objet d’une « tranche de lecture » cohérente si l’on décide de ne pas donner l’œuvre à lire entièrement au préalable.

• Première séquence narrative

L’arrivée de Meaulnes chez les Seurel
(Première partie, chap. 1 et 2)

• Repères

Dans cette première séquence, il faut habituer les élèves à un travail minutieux de repérage des indications de temps et de lieu. Toute la séquence se passe à SainteAgathe, dans la maisonécole. Les bornes de la SQ 1 sont précises :

« Il arriva chez nous un dimanche de novembre 189. », repris par « J’avais quinze ans. C’était un froid dimanche de novembre ».

Ce sont les indications d'« ouverture » de la séquence. La borne de « fermeture » sera repérée très facilement, à la fin du chapitre 2 :

« Et c’est là que tout commença, huit jours avant Noël »

Cette phrase est une amorce de la 2' séquence. Le récit du Grand Meaulnes fourmille d’amorces de ce type, que les élèves reconnaîtront vite.

On fera noter le système d’emploi des temps : l’arrivée de Meaulnes, rapportée au passé simple, est entrecoupée de moments de description, à l’imparfait, de la vie des Seurel avant ce bouleversement. Le récit ne suit pas l’ordre chronologique strict.

• Structure

La description de la vie des Seurel constitue la situation initiale du roman : François, jeune garçon rangé, mène une existence paisible, ordonnée. Enfant solitaire, obéissant, « craintif et malheureux », il souffre d’une coxalgie.

L’arrivée de Meaulnes va bouleverser sa vie. On fera comparer cette irruption de Meaulnes dans la vie de François avec l’irruption symétrique dans les dernières pages du roman, lorsque la totalité du texte aura été lue.

La situation de François peut se décrire comme étant un « manque initial » que l’arrivée de Meaulnes vient bouleverser. Mais le sujet agissant de la séquence, dès la fin du 1e chapitre, est Meaulnes qui provoque le feu d’artifice, concret et symbolique.

Cette action « éclatante » correspond à l’« épreuve qualifiante » du héros, François lui sert d'« aide » ou «adjuvant ».

On peut dès lors faire remarquer aux élèves le mode de narration ou la focalisation du roman : le personnage principal est présenté par un narrateur témoin et participant à la fois, comme dans Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë, Consuelo, de George Sand, ou Doctor Faustus de Thomas Mann. À ce sujet, Michel Butor (Essais sur le roman) émet l’hypothèse que l’auteur représente « ce qu’il est » par son personnage secondaire, et « ce qu’il rêve d’être » par le héros :

« La distinction entre les deux personnages réfléchira à l’intérieur de l’œuvre la distinction vécue par l’auteur entre l’existence quotidienne telle qu’il la subit et cette existence autre que son activité romanesque promet et permet. Et c’est cette distinction qu’il veut rendre sensible, même douloureuse, au lecteur. Il ne veut plus se contenter de lui fournir un rêve qui le soulage ; il veut lui faire éprouver toute la distance qui subsiste entre ce rêve et sa réalisation pratique. »

• Le héros

L’entrée d’Augustin Meaulnes est préparée longuement, soigneusement, comme au théâtre. Un certain mystère est créé (voir la multiplication des « amorces », phrases qui annoncent la suite, sur un ton dramatique). François éprouve une sorte d’appréhension, la visiteuse et Millie sont mal à l’aise. Meaulnes est décrit « comme un paysan ». Il intrigue, inquiète et fascine. Le professeur fera relever tous les éléments descriptifs sur une fiche qui sera complétée au fur et à mesure de la lecture, et qui sera précieuse pour la synthèse.
(…)

Seconde partie de l’étude :
Le
Grand Meaulnes obéit, dans sa première partie, à toutes les caractéristiques du récit initiatique, mais la seconde partie s’en écarte de façon très nette et assez inexpliquée.
Par une comparaison du roman avec de grands récits initiatiques, tels Perceval le Gallois, les romans de Victor Hugo, Jules Verne, George Sand, l’étude propose quelques réflexions approfondies sur l’œuvre.

Plan de cette seconde partie :
• un roman initiatique
- l’initiation de Meaulnes
- l’initiation de François
• le système des personnages
- Frantz et François : doubles du héros ; le fou et le sage
- femme lumière et femme fatale
• le roman de l’échec
• le secret du grand Meaulnes
• conclusion

Étude publiée dans la N.R.P. N°8 , AVRIL 1984



pour obtenir le fichier électronique complet de 21 pages en pdf :
Participation de 3,99 euros aux frais d'hébergement du site
Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !