Alphonse Daudet, L’élixir du Révérend Père Gaucher
Les Lettres de mon moulin


Objectifs pédagogiques

• Dégager, au fil du texte, la structure narrative du récit.
• Distinguer ici le récit enchâssant et le récit enchâssé et mettre en évidence leurs rapports.
• Apprendre aux élèves à regrouper les figures, les rôles, les thèmes du texte en un système cohérent et en déduire son code de valeurs











Plan de l’étude


• récit enchâssant, récit enchâssé
première séquence :
• une situation initiale déceptive
• la constitution du sujet ou épreuve qualifiante du héros
• la réalisation du projet, ou épreuve principale du héros
• le sujet reconnu ou épreuve glorifiante du héros
deuxième séquence :
• la possession
• la résistance
• le conflit
• l’alternative
• la solution
Les contenus et leurs transformations :
• le couvent : espace et personnages
• l’élixir : sa fabrication
• le personnage du père Gaucher
• valeurs économiques et valeurs morales
• le système des valeurs
• le récit de l’ambiguïté
• le retour sur le récit enchâssant



Ce conte se présente comme un ensemble assez bref et clos.

I. Au fil du texte

À la première lecture, il est possible de distinguer deux grandes parties dans ce récit :
a. la mise en route de la fabrication de l’élixir, qui assure la prospérité au couvent des Pères Blancs ;
b. les aventures du
Père Gaucher (son ivrognerie) et la solution qu’y apportent les moines.
Il faut suivre d’abord le déroulement du texte en faisant porter l’analyse sur des unités faciles à repérer ; la segmentation du récit repose sur les notations temporelles à relever avant tout :
« 
Il y a vingt ans ; or, un jour ; un soir ; le lendemain ; un dimanche matin, etc. »

1. Récit enchâssant, récit enchâssé

Le texte s’ouvre sur une invitation à boire : « Buvez ceci, mon voisin… »
Deux acteurs sont en présence : le curé de Graveson et un « Je » narrateur. Entre ces deux personnages, prend place un objet : l’élixir offert. Cet objet est concret ; il apporte une satisfaction physique. Mais il se dédouble : un savoir se développe comme « 
l’histoire amusante de cet élixir ».
Et une autre communication s’instaure : « 
l’abbé me commença une historiette », dont le narrateur devient destinataire.
Nous considérons comme « récit enchâssant » la mise en scène du « curé » et du « je » narrateur ; et comme « récit enchâssé » le développement de cette « histoire irrévérencieuse » des aventures du
Père Gaucher.
En fin d’analyse, nous examinerons le rapport qu’il est possible d’établir entre ces deux niveaux de récit.

2. Première séquence narrative

a.La situation initiale déceptive

En premier lieu, nous portons notre analyse sur le récit enchâssé, qui est bien plus long que l’autre.
« 
Il y a vingt ans » marque un débrayage temporel qui établit une distance entre le temps du récit enchâssant et le temps du récit enchassé. La situation initiale est très déceptive : c’est une situation de « grande misère » (pauvreté et absence de ressources) ; c’est le « manque initial » commun à un grand nombre de contes.
La description porte d’abord sur le cadre de vie du couvent : il y a disparition progressive de tous les éléments qui caractérisent un couvent : les saints de pierre croulent, les vitraux tombent, les cierges s’éteignent, l’eau bénite est chassée par le vent…
Toutes les marques de la fonction monastique disparaissent, et en particulier la cloche, qui signale à l’extérieur l’existence de la communauté.
Les moines aussi sont atteints, à la fois sur le plan physique (mal nourris, maigres, pâles) et sur le plan moral (tristes et honteux).
Après cette présentation, les moqueries des porte-bannière et la réflexion des Pères Blancs situent la difficulté : c’est l’existence du groupe qui est menacée, et la solution individuelle semble être la seule issue (« 
chercher pâture chacun de son côté »), qui consacrerait l’anéantissement de la vie communautaire.
Ce qui est en train de disparaître progressivement, c’est une existence, un « pouvoir-être ».

(…)

Pour Catherine Compère-Daudet, que je n’avais pas l’honneur de connaître à l’époque de la rédaction de cette étude.
Étude publiée dans la Nouvelle revue Pédagogique Nathan N°3 décembre 1982

pour obtenir le fichier électronique complet de 16 pages en pdf :
Participation de 3,99 euros aux frais d'hébergement du site

Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !