Écrire un paragraphe


Introduction

En écrivant un paragraphe, il faut se demander au départ quelle technique sera la plus efficace pour le lecteur. Plusieurs cas sont possibles:
— annoncer d’avance ce que l’on veut dire ou prouver
;
— placer les arguments d’abord, et la proposition ensuite
;
— procéder par opposition avec une opinion adverse
;
— procéder par analogie avec une opinion ou une idée déjà connue.


Avant le Moyen-Âge, le paragraphe n’existait pas
: l’unité de composition se situait au niveau de la phrase. le signe § apparaît dans les parchemins, qu’il faut économiser, comme un super signe de ponctuation qui signifie « écrit à côté ».


Un paragraphe doit avoir une idée-clef, une idée dominante, qui peut être soit un résumé de la pensée de l’auteur soit un message au lecteur.


Les défauts courants des paragraphes sont les suivants
:
— on annonce une proposition et on en démontre une autre, par glissements successifs
;
— on annonce une idée mais on ne la démontre pas suffisamment
: on passe d’un cas particulier sans préparation à une loi générale;
— on annonce, on démontre, mais on ne conclut pas
;
— on écrit une suite d’exemples sans idée générale
;
— l’exemple est mal adapté à l’idée, ce n’est qu’une anecdote
;
— il y a une confusion d’ensemble sans idée générale nette
;
— on a écrit un long bloc de texte sans alinéa.


Les maîtres du paragraphe au XIXe siècle sont
Renan, Taine, Brunetière. Le critique Gustave Lanson recommande l’enseignement des règles du paragraphe dès la classe de Troisième. Pour lui, le paragraphe est une mini dissertation, un maillon solide dans une chaîne de raisonnement. L’enseignement du paragraphe s’est longuement perdu, mais nous avons trouvé indispensable de l’expliquer de nouveau aux élèves, qui apprécient ces règles qui structurent leur pensée.



LEÇON

Observation


1. L’Égypte exerce une fascination sur les publics de tout âge et de toute condition. D’abord, elle nous a laissé un héritage d’une grande richesse. Ensuite, ses réalisations ont des dimensions monumentales et imposantes. Enfin, l’aspect somptueux de ses trésors archéologiques incite puissamment au rêve.


2. D’abord, l’Égypte nous a légué un héritage d’une grande richesse. Ensuite, ses réalisations ont des dimensions monumentales et imposantes. Enfin, l’aspect somptueux de ses trésors archéologiques incite puissamment au rêve. Pour ces trois raisons, l’Égypte exerce une fascination sur les publics de tout âge et de toute condition.


3. Alors que, dans la bande dessinée contemporaine les civilisations de l’Antiquité sont peu ou mal représentées, l’Égypte exerce une fascination sur les publics de tout âge et de toute condition.
D’abord, l’Égypte nous a laissé un héritage d’une grande richesse. Ensuite, ses réalisations ont des dimensions monumentales et imposantes. Enfin, l’aspect somptueux de ses trésors archéologiques incite puissamment au rêve.


4. La bande dessinée contemporaine puise souvent son inspiration dans la science-fiction. De même, l’Égypte exerce une fascination sur les publics de tout âge et de toute condition. D’une part, l’Égypte nous a laissé un héritage d’une grande richesse. Ensuite, ses réalisations ont des dimensions monumentales et imposantes. Enfin, l’aspect somptueux de ses trésors archéologiques incite puissamment au rêve.


Questions

1. Observez la place de la phrase clef dans chaque paragraphe
: que constatez-vous?
2. Dans chaque paragraphe, repérez les mots qui relient les phrases entre elles
: sont-ce toujours les mêmes?
3. Quels paragraphes sont exactement l’inverse l’un de l’autre
?
4. Lequel de ces paragraphes vous paraît le plus facile à lire et à comprendre
? Justifiez votre réponse.

Leçon

• Le paragraphe est une étape du texte, signalée par la mise en page; il contient généralement une idée principale (une seule de préférence), autour de laquelle s’organise une unité de récit, une micro-explication ou une micro-argumentation.
Nous nous intéresserons ici au paragraphe d’idées.


A. Les quatre formes de paragraphe

Selon la place de la phrase clef, qui exprime l’idée principale, on distingue quatre types principaux de paragraphe.

1. — Le paragraphe a priori: le message en tête

Il est déductif et va de l’abstrait au concret, de l’idée générale aux exemples. Le message essentiel est placé dans la première phrase. La suite du paragraphe développe, explique, justifie ce message. L’auteur affirme d’abord et justifie ensuite. Il peut arriver qu’il reformule l’idée principale à la fin, pour insister, en une formule bien frappante qui résume le tout.


Ex.: La pratique d’une activité physique régulière est bénéfique pour tout le monde. En effet, les jeunes qui pratiquent régulièrement un sport sont moins souvent malades et plus vigoureux que les autres. De même, les personnes âgées peuvent combattre le vieillissement par la pratique d’exercices adaptés. Enfin, la pratique régulière d’une activité physique permet l’élimination plus rapide des toxines et stimule le fonctionnement des organes vitaux tels le cœur et les poumons.


2. — Le paragraphe a posteriori: le message à la fin

Il est inductif et va du concret à l’abstrait
: il va des faits aux idées. La phrase clef, la plus générale, vient à la fin du paragraphe.

Ex.: Les gens actifs physiquement sont moins malades que chez les gens passifs. Les adeptes de la danse aérobique comptent parmi les employés les plus détendus et les plus efficaces. Les personnes handicapées qui sont sportives restent plus alertes que les autres. Tous ces faits nous amènent à penser que la pratique d’une activité physique régulière est bénéfique pour tout le monde.


3. — Le paragraphe a contrario: le message au centre

Le raisonnement
a contrario consiste à affirmer son idée en l’opposant à l’idée inverse, ou du moins à une idée différente. La tactique consiste d’abord à énoncer l’idée adverse et ensuite à la critiquer, et enfin à affirmer sa propre idée. La phrase clef sert de charnière entre la première thèse et son adverse: elle est donc située en milieu de paragraphe.


Ex.: De nombreux accidents cardio-vasculaires sont provoqués par une pratique trop intensive d’activités mal encadrées. Et on ne parle pas de la kyrielle de blessures aux membres et aux articulations que les médecins sportifs doivent traiter annuellement. Cependant, la pratique d’une activité sportive régulière est bénéfique. On constate que les jeunes, les adultes et les personnes âgées qui pratiquent régulièrement une activité physique adéquate en tirent d’immenses profits sur le plan de leur santé et de leur équilibre mental.


4. — Le paragraphe a simile ou en parallèle: le message au centre ou à la fin

Le raisonnement en parallèle, ou par analogie (
a simile) est l’inverse du raisonnement a contrario. Au lieu de montrer que les choses s’opposent, on montre qu’elles se ressemblent. La phrase clef peut se trouver au milieu ou à la fin du paragraphe.


Ex.: Certaines activités sportives peuvent être dangereuses, telles les arts martiaux, le hockey, la plongée sous-marine, le ski alpin, qui occasionnent de nombreuses blessures et même des morts chaque année. De même, des gens mal entraînés et mal encadrés voient leur condition physique se détériorer après un entraînement trop vigoureux. Donc, en principe, si une activité physique régulière est bénéfique, n’importe quelle activité ne convient pas à n’importe qui.




B. L’usage des paragraphes


• Le paragraphe
a priori représente environ entre 50 et 75 % des cas. On le rencontre souvent dans le corps des textes, alors que les autres formes sont plus utilisées dans les introductions et les conclusions.
La structure
a priori, qui permet de prévoir la suite, facilite continuellement la lecture. Il est privilégié dans la presse, parce qu’il permet un circuit de lecture court: le lecteur peut avoir une idée générale de l’article en ne lisant que la première phrase de chaque paragraphe.
Il s’utilise aussi dans les textes scientifiques, lorsque l’on part d’une théorie connue et admise de tous.


• Les formes
a priori et a contrario se rencontrent environ dans 20 % des cas. La forme par analogie (a simile) est la moins fréquente: 10 % des cas.
Ces fréquences s’expliquent par le genre du texte, le caractère de l’auteur, le type de public et surtout la place du paragraphe dans le texte.


• La forme
a posteriori est fréquemment utilisée dans les exposés de recherche scientifique. Il faut d’abord accumuler un certain nombre d’expériences avant de conclure en énonçant la théorie.
Dans la presse, c’est la forme du reportage qui décrit d’abord une ambiance, un cadre, les propos échangés, la complexité de l’ensemble
;


• La forme
a contrario est un type de raisonnement polémique: l’auteur s’affirme en attaquant une thèse adverse. La tactique est très efficace, surtout si une troisième voie n’est pas possible. Un avocat démontrera ainsi que son client ne peut être le coupable, donc qu’il est innocent — et non partiellement responsable.
C’est une forme utilisée dans le domaine des idées, en particulier la philosophie.


• La forme par analogie s’emploie de façon privilégiée dans la vulgarisation scientifique et technique. Les comparaisons permettent de faire comprendre un principe au public sans avoir besoin de donner des explications techniques ou compliquées.
Ex.
: Une centrale nucléaire à eau sous pression fonctionne comme une cocotte-minute…



C. Les techniques du paragraphe


La valeur d’un paragraphe dépend de son unité, de sa cohérence et de sa force.

• l’unité

Pour réussir la rédaction d’un paragraphe, il faut vérifier son unité en lui donnant un titre qui résume son idée clef. Si ce n’est pas possible, il faut le fractionner pour ne garder qu’une idée par paragraphe. Si l’idée est trop mince, il faut la rattacher à un autre paragraphe.

• La cohérence

Un paragraphe contient des connecteurs, c’est-à-dire des mots qui balisent les opérations logiques qui le structurent:

— La chronologie ou la succession
d’abord, ensuite, enfin…
le premier, le deuxième, le troisième…
hier, aujourd’hui, demain…

au premier plan, au second plan, à l’arrière-plan…
— La cause
:
parce que, c’est pourquoi, car, en effet, puisque, en fait, de fait…
— La conséquence
:
ainsi, aussi, donc, par conséquent, en conséquence, c’est pourquoi…
— l’alternative
:
soit, soit; ou bien, ou bien, d’une part, d’autre part…
— l’opposition
:
au contraire, par contre, en revanche, a contrario…
— l’analogie
de même, semblablement, comme, de même que, de même…
— l’adhésion
:
certes, bien entendu, bien sûr, sans doute, assurément…
— l’opposition ou la restriction
:
or, mais, toutefois, cependant, pourtant, néanmoins
— l’addition
:
de plus, encore, en supplément, à cela s’ajoute…
— La synthèse
:
au total, en somme, en bref, en résumé…
— La conclusion
:
pour terminer, pour conclure, en fin de compte, finalement, pour finir…


• la force

La valeur d’un paragraphe dépend beaucoup de sa force
: le paragraphe ne doit pas être trop long, les exemples doivent être rapportés avec précision et sans bavardage, la construction doit être nette.


Exercices

1. Identifiez le type de chacun des paragraphes suivant: trouvez-leur un titre, trouvez la phrase clef et dégagez la structure.

Un peu de gomme arabique stabilise l’encre de Chine pour un an. Quelques gouttes de shampoing engendrent un nuage de mousse. Des traces d’oxygène de l’air transforment la sève de l’hévéa en caoutchouc. Une pile électrique minuscule change l’aspect du cadran de notre montre. Voilà, sur exemples, ce qu’est la matière molle.

Pierre-Gilles de Gennes, Lacques Badoz, Les objets fragiles, © Plon, 1994.



Plusieurs scientifiques affirment qu’il faut s’occuper de la Terre avant de fuir dans l’espace. Selon l’Organisation mondiale de la santé, la désertification et la famine affectent une trentaine de pays. Ces populations fuient leur pays pour se retrouver dans des camps de réfugiés. Sans parler des problèmes politiques, on doit tout de même admettre qu’il faut trouver des solutions à ces problèmes terrestres.


Soit à démontrer que le triangle ABC est rectangle. D’abord je sais que l’angle A vaut 30°. Je sais d’autre part que l’angle B vaut 60°. Et je sais enfin que la somme des angles d’un triangle vaut 90°. Le triangle ABC est donc rectangle en C. C.Q.F.D.


Samedi dernier, je voulais sortir en boîte. Or tu as refusé en disant que la musique techno te fatiguait. Aujourd’hui, c’est la même chose. Tu voudrais que nous allions au cinéma et moi, je ne veux pas sortir parce que je pense que le film est nul.


2. Identifiez le type de chacun des paragraphes suivants en faisant un schéma, puis récrivez-le selon un autre modèle:


Shakespeare n’est pas au-dessus de Dante, Molière n’est pas au-dessus d’Aristophane, Calderon n’est pas au-dessus d’Euripide, la Divine Comédie n’est pas au-dessus de la Genèse, le Romancero n’est pas au-dessus de l’Odyssée, Sirius n’est pas au-dessus d’Arcturus. Sublimité, c’est égalité.

Victor Hugo, William Shakespeare.



Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé, des mesures urgentes doivent être prises pour améliorer la qualité de l’air dans les grandes villes. D’abord, la circulation des véhicules doit impérativement être contrôlée. Ensuite, le plomb doit être éliminé des carburants. Enfin, il faut introduire des techniques propres dans le domaine du brûlage des ordures.


Mais où sont nos berges d’antan
? Que sont devenues nos campagnes, nos villes, nos océans? Avons-nous tous perdu la tête pour en faire des poubelles, des dépotoirs, des déversoirs? Car la planète nous est seulement prêtée. Nous sommes tous responsables face aux générations futures de la terre que nous leur laisserons. Il est impératif de mettre en œuvre des moyens spécifiques pour sauvegarder et restaurer notre cadre de vie et celui de nos enfants.


3. D’après un modèle que vous choisirez, écrivez un paragraphe sur l’un des sujets suivants:

• Lara Croft, héroïne du jeu vidéo
Tomb Raider et de la bande dessinée de Fréon et Alex Alice (ed. Glénat)
• les jeux vidéo
: avantages et inconvénients
• la coupe de France de football ou du Tournoi des cinq nations.
• une expérience de physique
• votre opinion personnelle sur la lecture
• votre opinion personnelle sur les études longues, ou courtes.
• les transports en communs dans votre ville
• les différentes habitudes télévisuelles dans votre famille


Fiche d’auto-évaluation

• Mon paragraphe peut être résumé par un titre.
• Mon paragraphe contient une phrase clef très identifiable.
• J’ai respecté un modèle de paragraphe adapté au type de texte que je veux produire.
• J’ai marqué la construction par des connecteurs chronologiques ou logiques.
• J’ai isolé mon paragraphe par un alinéa et des blancs.


Pour pouvoir s’évaluer:
— vérifier la présence d’une idée directrice
— vérifier l’unité du paragraphe en lui donnant un titre
; si vus n’y arrivez pas, c’est qu’il contient trop d’idées
— supprimer les phrases parasites

— vérifier l’enchaînement des phrases, la présence de mots organisateurs



Étude publiée dans Textes et méthodes 3e NATHAN, 1999.