Écrire un résumé



Observation

Le déménagement

Vers la fin des vacances, il y a bien longtemps, une voiture de paysan, qui précédait notre ménage, nous avait déposés, ma mère et moi, devant la petite grille rouillée. Des gamins qui volaient des pêches dans le jardin s’étaient enfuis silencieusement par les trous de la haie…

Ma mère, que nous appelions Millie, et qui était bien la ménagère la plus méthodique que j’aie jamais connue, était entrée aussitôt dans les pièces remplies de paille poussiéreuse, et tout de suite elle avait constaté avec désespoir, comme à chaque « déplacement », que nos meubles ne tiendraient jamais dans une maison si mal construite… Elle était sortie pour me confier sa détresse. Tout en me parlant, elle avait essuyé doucement avec son mouchoir ma figure d’enfant noircie par le voyage. Puis elle était rentrée faire le compte de toutes les ouvertures qu’il allait falloir condamner pour rendre le logement habitable… Quant à moi, coiffé d’un grand chapeau de paille à rubans, j’étais resté là, sur le gravier de cette cour étrangère, à attendre, à fureter petitement autour du puits et sous le hangar.


Alain-Fournier,
Le Grand Meaulnes, Ed. Émile-Paul Frères.



Résumé:

Vers la fin des vacances, il y a bien longtemps, le narrateur, un jeune garçon, et sa mère déménagent et visitent leur nouvelle maison. La mère entre aussitôt dans les pièces, et elle constate que ses meubles n’y tiendront jamais. Elle confie sa détresse à son fils, resté à attendre dans la cour durant l’inventaire du logement, puis rentre pour préparer des aménagements.


Questions

1. Comparez les deux textes
: quel est le type du texte de départ? du résumé?
2. À quelle personne est écrit le texte de départ
? le résumé?
3. Comparez les temps verbaux utilisés dans les deux textes
: que constatez-vous?
4. Quels faits ont été gardés dans le résumé
? Quels éléments ont été éliminés?


Leçon

1. Repères

Résumer consiste à remplacer un texte par un texte plus court, qui garde les informations essentielles du texte de départ.
La forme du résumé dépend de sa destination
: fiche de lecture, critique de film, quatrième de couverture, prise de notes…
La lecture du résumé doit être compréhensible pour quelqu’un qui n’a pas lu le texte de départ.
Le résumé produit doit appartenir au même type de texte que le texte de départ
:
récit — > résumé narratif
texte explicatif — > résumé explicatif


2. Méthode pour résumer un texte narratif

Un texte narratif se résume à la troisième personne et au présent de l’indicatif
Pour être cohérent, il faut
:
— respecter la chronologie du récit, et éventuellement la rétablir
;
— garder les informations principales
;
— maintenir les articulations principales
;
— condenser les dialogues en les résumant au discours indirect
;
— supprimer les descriptions.
Pour une fiche de lecture, certains lisent tout l’ouvrage et résument ensuite d’après leurs souvenirs
; d’autres prennent des notes en cours de lecture.


3. Méthode pour résumer un texte explicatif

Résumer un texte explicatif est une activité complexe. Il faut
:
— délimiter les informations principales
;
— effacer les informations qui ne paraissent pas indispensables
;
— regrouper les informations disséminées dans le texte
;
— relier les informations entre elles afin de reconstruire un texte.


Exercices

1. Résumez le récit suivant en quelques lignes.

Maître Hauchecorne, de Bréauté, venait d’arriver à Goderville, et il se dirigeait vers la place, quand il aperçut par terre un petit bout de ficelle. Maître Hauchecorne, économe en vrai Norrnand, pensa que tout était bon à ramasser qui peut servir
; et il se baissa péniblement, car il souffrait de rhumatismes. Il prit, par terre, le morceau de corde mince, et il se disposait à le rouler avec soin, quand il remarqua, sur le seuil de sa porte, maître Malandin, le bourrelier, qui le regardait. Ils avaient eu des affaires ensemble au sujet d’un licol, autrefois, et ils étaient restés fâchés, étant rancuniers tous deux. Maître Hauchecorne fut pris d’une sorte de honte d’être vu ainsi, par son ennemi, cherchant dans la crotte un bout de ficelle. Il cacha brusquement sa trouvaille sous sa blouse, puis dans la poche de sa culotte […].

G. de Maupassant, La Ficelle, dans Contes © Gallimard



2. Résumez le texte explicatif suivant en respectant l’organisation en paragraphes

Le travail des enfants

Dans la seconde moitié du XXe siècle, le travail des enfants reste un grave problème sur tous les continents. Des études menées en 1979 (année internationale de l’enfance) ont abouti au constat que plus de 50 millions d’enfants de moins de 15 ans étaient encore contraints au travail, surtout en Amérique Latine, en Afrique et en Asie. Dans de nombreux pays en voie de développement, l’industrialisation produit les mêmes effets que dans l’Europe du XIXe siècle: analphabétisme, sous-alimentation, etc. Les conditions de travail sont tout aussi dures: ainsi en Inde plus de 20000 enfants travaillent 16 heures par jour dans des usines d’allumettes.
Bien sûr, les problèmes des enfants ouvriers ne se limitent pas aux pays en voie de développement. Ils surgissent partout où se trouve la misère, en Europe comme aux États-Unis. Le problème croissant de ces dernières années est la prostitution en augmentation chez les jeunes des centres urbains. Les efforts les plus importants pour combattre les abus du travail des jeunes à travers le monde sont accomplis par l’Organisation internationale du travail (OIT), fondée en 1919. C’est à présent une agence spécialisée de l’Organisation des Nations unies.

Article « Enfants, travail des, » Encyclopédie Microsoft Encarta 97. 1993-1996 Microsoft Corporation.



3. Résumez le récit suivant à la troisième personne. Vous réduirez les paroles en utilisant le discours indirect.

Un pompier pyromane

Le magnétophone de notre collaborateur Prunelle a ramené une ample moisson de documents sonores d’un indéniable intérêt. Voici notamment l’enregistrement d’une conversation entre Gaston et le capitaine Beaucoudeau, des Pompiers, qui visitait les bureaux:
— Hmmm… Et ici
? Ah! c’est votre bureau?… Mmmm… Ça sent le gaz, ici… Vous avez un radiateur? — Un réchaud pour cuire ma soupe…
— Regardez-moi ces tuyaux
! Ceci, qu’est-ce que c’est?
— Ah
! oui? Une vieille chambre à air de ma bicyclette… Astucieux, non? Et attention, hein, j’ai vérifié toutes les rustines; aucune fuite possible! Et la valve, je l’ai bouchée avec du chewing gum… D’ailleurs, ce n’est pas possible que le gaz s’échappe, sinon je ne pourrais pas cuire ma soupe, pas vrai? Et goûtez comme elle est bien cuite…
— Non, non, merci… Mais que vois-je
! Ce raccord entre la chambre à air et le tuyau!… C’est un véritable scandale!
— M’enfin
! Ce raccord, je l’ai fait avec un sparadrap de première qualité! Tenez! J’ai encore la boîte… Lisez: « Sparadrap, pansement élastique d’urgence, hygiénique et de sé-cu-ri-té ». Vous voyez, c’est là en toutes lettres!
— Et moi, je vous dis que ca sent le gaz
! Très fort!
— Maaaais non
! C’est ma soupe aux poireaux!
— D’ailleurs, je vais vous prouver que le gaz s’échappe ici… Je présente mon briquet à la jointure, et vous allez voir une petite flamme bleue… Ici, l’enregistrement est interrompu par une violente explosion.
Notre collaborateur Prunelle a pu réparer le microphone et enregistrer la fin d’une conversation entre Gaston et Fantasio
:
— Tu as vu, le pompier qui partait avec un halo bleu autour de la tête
? C’était joli, hein? Hahaha. Ça faisait Beaucoudeau dans le gaz! Tu ne ris pas?
— Gaston, je vous signale que mon bureau a été renverse par le souffle
!
— Oui, Beaucoudeau, quand il vient, celui-là, il fait toujours des accidents
! Et je ne sais pas si tu as remarqué, mais les vêtements que le concierge lui a prêtés sont un peu petits pour lui. Et en plus, il était tellement affolé qu’il est parti avec ma casserole sur la tête… Boah! je vais refaire de la soupe dans le casque, j’ai encore des poireaux…

Franquin et Delporte, En direct de la gaffe, R4, © Ed. Dupuis.


Fiche d’autoévaluation

• J’ai identifié les informations principales du texte.
• J’ai effacé les informations secondaires
• J’ai écrit le résumé à la troisième personne et au présent de l’indicatif.
• J’ai reconstitué un texte lisible et cohérent.
• Pour un récit, j’ai reconstitué l’ordre chronologique, supprimé les descriptions et condensé les dialogues.


Fiche publiée dans Textes et méthodes 4e, Nathan 1998