Les temps composés de l’indicatif


Observation

L’accident


Guillaume entend les semelles de bois de ses chaussures claquer sur le parquet de la grande salle des pas perdus, encore vide pour l’instant. Car c’est l’heure des soins ou des examens pour la plupart des malades. Mais tout ça, c’est fini pour Guillaume. Depuis qu’il a un fauteuil
!… […]
Les gendarmes étaient arrivés avec l’ambulance. Ils avaient mesuré la distance entre le corps de Guillaume, allongé sur le bas-côté, et son vélo, qui avait voltigé de l’autre côté de la route, ils avaient vainement cherché la trace d’un coup de frein… Puis, ils avaient demandé s’il y avait des témoins. Mais personne n’avait rien vu, ni rien entendu. C’est la mère de Guillaume, Mama, comme il l’appelle, qui l’a découvert, vers cinq heures et demie. Elle s’était inquiétée de ne pas le voir rentrer de l’école. Elle avait couru sur la route. L’accident s’était produit à quelques centaines de mètres de chez eux…
Depuis, les gendarmes ont interrogé Guillaume. Ils lui ont expliqué que c’était un excès de vitesse, aggravé d’un délit de fuite, que le conducteur irait en prison, s’ils le retrouvaient. Puis, ils ont dit, eux aussi, qu’il fallait attendre!
Depuis, Guillaume attend.

Giorda, L’Accident, Je bouquine N°108, février 93.



1. Reconstituez la situation initiale de ce récit, présentée dans le premier paragraphe
: qui? où? quand?

2. Quelle question se pose le lecteur après le premier paragraphe
? Quel fait demande une explication?

3. L’explication de ce fait est-elle fournie dans le texte
? Si oui, à quel endroit? de quelle manière?

4. Les événements sont-ils présentés ici selon l’ordre où le personnage de Guillaume les a vécus
?

5. Repérez les phrases qui coïncident avec la situation actuelle de Guillaume. Où sont-elles placées dans le texte
?

6. Le déroulement des faits du récit est-il marqué par des compléments
? des formes verbales? Donnez des exemples.


Leçon

1. L’ordre chronologique

La chronologie désigne l’ordre de succession des faits dans un récit
:
• Quand un fait a lieu après un autre fait, il lui est
postérieur
Ex.
Le chirurgien affirme que Guillaume guérira bientôt.

• Quand un fait a lieu avant un autre fait, il lui est
antérieur
Ex.
: Les gendarmes disent que le chauffard roulait trop vite.

• Quand un fait a lieu en même temps qu’un autre fait, il lui est
simultané:
Ex.
: Les gendarmes sont arrivés au moment où l’ambulance se garait sur le bas-côté.

Il est possible de marquer la chronologie par les moyens suivants
:
— par la simple succession des verbes
:
Ex.
: L’ambulance est arrivée; les infirmiers ont emmené Guillaume; celui-ci a été opéré d’urgence.

— par l’emploi de mots outils
: puis, ensuite, dès que, pendant que, avant que, après que:
Ex.
: Dès que Guillaume est arrivé à l’hôpital, il a été emmené au service des urgences.

— par l’utilisation de certains temps de conjugaison
:
Ex.
: L’accident s’était produit à quelques mètres de la maison. La mère de Guillaume l’a découvert vers cinq heures et demie.
Ces temps de conjugaison sont les temps composés.


2. Formation des temps composés

Pour former les temps composés, on conjugue le verbe auxiliaire
avoir ou être aux temps simples, et on le fait suivre du participe passé du verbe.




3. Valeurs des temps composés

• le passé composé exprime un fait passé dont les conséquences durent encore (voir leçon)
Il peut aussi exprimer un fait passé antérieur à un fait exprimé au présent de l’indicatif
ex.
Il écoute la cassette qu’il a achetée hier.

• le passé surcomposé exprime un fait passé antérieur à un fait exprimé au passé composé
:
ex.
Quand j’ai eu fini mes exercices de maths, je suis allé faire du VTT.

• Le plus-que-parfait exprime essentiellement un fait passé antérieur à un fait exprimé au passé composé, au passé simple ou à l’imparfait de l’indicatif
:
ex.
Elle a rangé — rangea — rangeait toutes les cassettes qu’elle avait achetées.

• Le futur antérieur situe un fait dans l’avenir, avant un autre fait exprimé au futur simple
:
ex.
Vous rangerez vos affaires après que la cloche aura sonné.

• Le passé antérieur est employé plus rarement. On l’utilise dans la langue soutenue pour exprimer un fait passé situé avant un autre fait exprimé au passé simple
:
ex.
Après qu’il eut terminé son roman, il se mit en quête d’un éditeur.


4. Ordre des faits, ordre de la narration


Dans la réalité, quand des événements se produisent, ils se situent non seulement à un certain moment, dans un certain lieu, mais aussi avant et après d’autres faits.
Quand il parle ou il écrit pour raconter ces événements, le narrateur peut choisir d’énoncer les faits les uns à la suite des autres, dans l’ordre chronologique réel, en prenant pour repère le présent d’énonciation
:
ex.
: La mère de Guillaume s’est inquiétée du retard de son fils, elle est sortie à sa recherche, elle l’a trouvé allongé sur le bas-côté de la route. Elle a prévenu l’ambulance et les gendarmes.



Mais le narrateur peut aussi choisir de prendre un événement (ou une série d’événements) comme point de repère, et situer les faits par rapport à celui-ci
:
ex.
Depuis son accident, Guillaume attendait. Il se souvenait. Les gendarmes étaient arrivés avec l’ambulance. C’est la mère de Guillaume qui les avait prévenus. Elle s’était inquiétée de ne pas le voir revenir de l’école.




5. Marques verbales de temps



(moi, ici, maintenant, je dis que…)
imparfait
il attendait

par rapport au moment de la parolepassé surcomposé
il a eu attendu

passé composé
il a attendu
plus que parfait
il avait attendu
présent
futur antérieur
il sera guéri
futur simple
il marchera
par rapport à un autre moment


plus que parfait
il avait attendu
passé antérieur
il eut attendu
imparfait
il attendait
passé simple
il attendit
futur antérieur du passé
il aurait attendu
futur du passé

il attendrait


Pour l’expression écrite

Le temps composé le plus fréquemment utilisé est le plus-que-parfait.
Le plus-que-parfait permet de situer des événements comme s’étant produits dans un passé antérieur au moment de référence, mais il faut, dans ce cas, que le point de repère soit précisé
:
Deux mois avant
À neuf heures, ce matin-là
La veille
sinon, rien ne permet de comprendre qu’il y a eu un retour en arrière.


Résumé

Dans un récit, il est nécessaire d’exprimer l’ordre de succession des faits
— par la succession des verbes
— par l’emploi de mots-outils
— par l’utilisation des temps composés.

L’émetteur peut marquer l’antériorité, la postériorité, la simultanéité.

L’émetteur peut choisir de présenter les faits dans l’ordre chronologique ou en effectuant un retour en arrière par rapport à un point de repère signalé précisément dans le texte.

Leçon publiée dans Grammaire et expression 5e Nathan