Les compléments circonstanciels de cause et de but

Les fonctions dans la phrase complexe


Observation

Le pari perdu


Le lendemain, Mr. Fogg fit venir Passepartout et lui recommanda, en termes fort brefs, de s’occuper du déjeuner de Mrs. Aouda. Pour lui, il se contenterait d’une tasse de thé et d’une rôtie. Mrs. Aouda voudrait bien l’excuser pour le déjeuner et le dîner, car tout son temps était consacré à mettre ordre à ses affaires. Il ne descendrait pas. Le soir seulement, il demanderait à Mrs. Aouda la permission de l’entretenir pendant quelques instants.
Passepartout, ayant communication du programme de la journée, n’avait plus qu’à s’y conformer. Il regardait son maître toujours impassible, et il ne pouvait se décider à quitter sa chambre. Son cœur était gros, sa conscience bourrelée de remords
, car il s’accusait plus que jamais de cet irréparable désastre. Oui! s’il eût prévenu Mr. Fogg, s’il lui eût dévoilé les projets de l’agent Fix, Mr. Fogg n’aurait certainement pas traîné l’agent Fix jusqu’à Liverpool, et alors… […]
Ainsi, pendant cette journée du dimanche, la maison de Saville-row fut comme si elle eût été inhabitée, et, pour la première fois depuis qu’il demeurait dans cette maison, Phileas Fogg n’alla pas à son club, quand onze heures et demie sonnèrent à la tour du Parlement.
Et pourquoi ce gentleman se fût-il présenté au Reform-Club
?
Ses collègues ne l’y attendaient plus.
Puisque, la veille au soir, à cette date fatale du samedi 21 décembre, à huit heures quarante-cinq, Phileas Fogg n’avait pas paru dans le salon du Reform-Club, son pari était perdu. Il n’était même pas nécessaire qu’il allât chez son banquier pour y prendre cette somme de vingt mille livres. Ses adversaires avaient entre les mains un chèque signé de lui, et il suffisait d’une simple écriture à passer chez Baring frères, pour que les vingt mille livres fussent portées à leur crédit.

Jules Verne, Le Tour du monde en 80 jours


Questions

1. Lisez le texte en supprimant tous les groupes de mots en couleur. Comprenez-vous le passage
?

2. Sans les groupes de mots en couleur, les phrases sont-elles compréhensibles
?

3. Quelle information est donnée par les groupes de mots en
bleu?

4. Quelle information est donnée par les groupes de mots en
rouge?

5. Quel(s) mot(s) de liaison pouvez-vous mettre dans le cadre
?


Leçon

1. La relation de cause

• Définition

Quand deux faits s’enchaînent, il arrive souvent que le premier entraîne le second. Dans ce cas, le premier fait s’appelle la cause.
Dans le déroulement du temps, la cause précède toujours le fait, même si elle est placée en fin de phrase
:
Ex.
: Étant donné son retard,// il a perdu son pari.
Parce qu’il est arrivé en retard à Londres
,// il a perdu son pari.
                                       Fait n° 1 (cause)/Fait n° 2 (fait principal)

         Il a perdu son pari/parce qu’il est arrivé en retard à LondreS.
Fait n° 2 (fait principal)/Fait n° 1 (cause)

• Cause explicite

Bien souvent l’expression de la cause est introduite à l’aide d’un moyen grammatical. On dit que la cause est
explicite.

Les différents moyens grammaticaux utilisés peuvent être
:
— un groupe prépositionnel ou une locution prépositive 
grâce à, à cause de, en raison de:
Ex.
: En raison de son échec, son humeur était changeante.

— une proposition coordonnée par
car:
Ex.
: Il parlait peu car il se cachait de tout le monde.

— une proposition subordonnée introduite par
parce que, comme:
Ex.
: Passepartout était malheureux// parce qu’il s’accusait du désastre.


• Cause implicite

La relation de cause à effet entre deux faits n’est pas toujours exprimée par un moyen grammatical. Elle peut être suggérée par le rapprochement des deux faits. Elle est alors implicite.

Cela apparaît dans
:
— des propositions ou phrases juxtaposées
:
Ex.
: Il n’alla pas au club, ses collègues ne l’attendaient plus…

— une proposition subordonnée relative:
Ex.
: Passepartout qui aime beaucoup son maître sauvera la situation.

— une subordonnée participe
:
Ex.
: Fix l’ayant arrêté, Mr Fogg perdit son pari.

— un adjectif épithète détachée
:
Ex.
: Amoureux, le gentleman épousa la princesse hindoue.

— un gérondif (
en + participe présent).
Ex.
: En gagnant son pari, il retrouva sa fortune.


2. La relation de but

• Définition

À la suite d’un fait, on peut envisager une intention ou souhaiter un autre fait, non encore réalisé et constaté
: ce fait envisagé est le but.
Dans le déroulement du temps, le but suit toujours le fait envisagé, même s’il est exprimé en tête de phrase
:
Ex.
: Il alla chez le pasteur// pour organiser le mariage.
    Fait n° 1 (fait principal)/Fait n° 2 (but)
Pour organiser le mariage,// il alla chez le pasteur.
Fait n° 2 (but)/Fait n° 1 (fait principal)

• Nature des compléments but

— le verbe à l’infinitif précédé de la préposition
pour, ou de la locution afin de. Ce moyen, le plus fréquent, n’est possible que si le verbe à l’infinitif et le verbe principal ont le même sujet.
Ex.
: Il resta dans son bureau pour mettre ses affaires en ordre. Il se dépêche afin d’arriver à temps.

— un infinitif construit directement.
Ex.
: Passepartout courut chercher un fiacre.

— la proposition subordonnée conjonctive.
Le verbe de celle-ci est au subjonctif, car le fait n’est qu’envisagé
:
Ex.
: La municipalité vote un budget spécial pour que la fête soit réussie.

— la proposition subordonnée relative le plus souvent au subjonctif.
Ex.
: Je veux un cadeau d’anniversaire qui me fasse rêver.

— un groupe prépositionnel
Ex.
: Elle étudie la grammaire pour le plaisir.


Pour l’expression écrite

1. La préposition
pour introduit le plus souvent un complément de but, mais elle peut parfois introduire un complément de cause. Il faut donc bien situer les faits dans le temps pour distinguer la cause et le but.:
Ex.
:X. a été félicité pour avoir gagné la médaille d’or. (infinitif composé: cause)
X. a été entraîné pour gagner la médaille d’or. (infinitif: but)

2. On peut coordonner un complément de cause et une subordonnée de cause
:
Ex.
: Il pleurait de rage et parce qu’il se sentait ridicule.

Mais il serait vraiment maladroit de coordonner une cause et un but :
Ex.
Il pleurait de rage et pour se rendre intéressant.

Retenons

Quand deux faits s’enchaînent logiquement, la cause précède toujours le fait. Au contraire, le but est envisagé après le fait considéré.
La cause explicite est marquée à l’aide d’un moyen grammatical (préposition, conjonction de coordination ou de subordination…)

La cause implicite n’est pas exprimée
: elle est suggérée par le rapprochement de deux faits.

L’expression du but prend le plus souvent la forme d’un complément circonstanciel (verbe à l’infinitif ou groupe prépositionnel introduit par la préposition
pour; proposition subordonnée conjonctive introduite par pour que…, afin que…)






Leçon publiée dans
Grammaire et expression 5e Nathan