Cendrillon

Comparaison des contes de Grimm et Perrault

Niveau 6e


• Donner le plaisir de la lecture
• Exercer les élèves à une étude minutieuse des textes.
• Approfondir leur connaissance des contes merveilleux.
• Leur faire repérer la structure profonde du conte par-delà des variations de surface.
• Leur donner les moyens d’apprécier ces variations à leur juste valeur.
• Inciter les élèves à écrire


L’histoire ou fiction

La lecture intégrale de chaque œuvre (Grimm et Perrault) est suivie d’un résumé, « récit oral » minimal, sollicité par le professeur, qui invite à faire la comparaison entre ce résumé, si possible enregistré, et le texte initial. Les élèves corrigent le récit oral, rectifient les manques, les erreurs, et constatent pour chaque version
:
— que des mots du texte ont disparu pour être remplacés par d’autres
;
— que des phrases entières ont subi le même sort
;
— que l’ordre du texte n’est pas toujours intégralement suivi
;
mais qu’en dépit des différences, le récit est reconnaissable.
En quelque sorte, il y a un invariant, l’histoire ou fiction et une variable, la manière de la raconter, le texte ou narration.
Cette première découverte est indispensable
: l’histoire de Cendrillon est unique, les textes (ou versions) sont très nombreux: en dehors des versions de Perrault et des frères Grimm, on en compte une quinzaine rien qu’en France. L’aire de ce conte est universelle et Marian Cox a pu faire une étude comparative de trois cent quarante-cinq versions différentes!

Travaux sur l’histoire ou fiction

A. Le schéma actanciel

• Les actants principaux

• Commentaire

B. Structure du conte: la triplication

Ce conte comporte cinq étapes essentielles:
1. l’héroïne persécutée
;
2. l’aide magique reçue
;
3. la rencontre avec le prince
;
4. la recherche de la vraie fiancée
: la preuve;
5. le mariage
: l’héroïne glorifiée.

La triplication (répétition 3 fois du même élément): indice d’un véritable conte populaire, les éléments centraux sont triplés.

• Chez Grimm.
• Chez Perrault.

C. Les épreuves

Le texte ou narration

A. Comparaison terme à terme des deux versions
• Version des frères Grimm
• Version de Perrault


B. Essai d’interprétation

III. Une version orale traditionnelle du conte
: La Cendrouse

Le texte

Examinons, en vue de compléter cette étude, une version orale traditionnelle du conte, recueillie en Poitou par Pineau, parue dans
Le Conte populaire français, Delarue et Tenèze, éd. du C.N.R.S. (Conte type 510 1, pp. 247 et suivantes)


La Cendrouse

Il y avait une fois des gens riches, des seigneurs, et qui avaient trois filles. Il y en avait deux qui étaient fières, fières! Et puis la troisième, bonnes gens, était méprisée, elle ne s’émouvait pas (elle ne s’amusait pas) comme les autres, et elle restait toujours une partie dans le coin du feu, et on l’avait baptisée « La Cendrouse ». Quand les deux aînées allaient se promener, elles demandaient à la Cendrouse:
Allons, Cendrouse, tu ne veux pas venir avec nous autres te promener.
    Ah, Cendrouse, tu ne seras toujours qu’une Cendrouse, va! Toujours gratter les cendres! Toujours rester dans le coin du feu!
    […]

    Commentaire

    Étude publiée dans La N.R.P. Nathan N° 2 NOVEMBRE 1982
    Pour obtenir le fichier électronique complet de 13 pages en pdf :
    participation de 3,99 euros aux frais d'hébergement du site

    Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures;

    Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !