Double adaptation au cinéma 
#1
Savez-vous où je pourrais trouver une liste d'oeuvres romanesques classiques adaptées au cinéma de façon fidèle, mais aussi en transposant l'histoire dans un cadre plus contemporain. Je pense par exemple aux Liaisons dangereuses, qui ont donné à la fois le film de Stephen Frears (Dangerous Liaisons) et la version moderne de Roger Kumble (Cruel Intentions). Merci
Répondre
#2
Bonsoir,

Vous trouverez de nombreuses idées dans ma base de films :

www.sculfort.fr/basefilms/



Par exemple :

Dumas a donné lieu à une cascade d'adaptations : "Les Trois mousquetaires", "Le Comte de Monte-Cristo"

Hugo : Les Misérables une quarantaine d'adaptations de la plus fidèle (Raymond Bernard) à la plus éloignée (Lelouch)

Féval : "Le Bossu" Hunebelle et de Broca + Decourt (téléfilm) + un récent "Lagardère" avec Bruno Volkovitch

Stendhal, "Le Rouge et le noir" Autant-Lara et Verhaege (téléfilm)

Zola : "Nana" Renoir, Christian-Jaque + 2 téléfilms de Cazeneuve et

Molinaro) "Germinal" (Allégret et Berry)

Simenon : "Les fiançailles de Monsieur Hire" et "Panique" (Duvivier) et "M.Hire" (Leconte)

Yves Angelo Le Colonel Chabert (Balzac)+ la version avec Raimu

Plusieurs Mme Bovary dont la dernière par Chabrol (Flaubert )



Pour les adaptations modernisées :
Roméo et Juliette (Zeffirelli et Bar Lutzman)

Lettre d'une inconnue
Les Liaisons dangereuses


sans oublier les œuvres étrangères :

Brontë, "Jane Eyre" Stevenson et Zeffirelli

Shelley, "Frankenstein" Whale, Wickes et Branagh

"Dracula" Browning, Badham et Coppola

et aussi peut-être Mme d'Aulnoy "La belle et la bête" Cocteau et les studios

Disney.



Enfin, une comparaison intéressante : La bête humaine de Renoir, et Human Desire de Fritz Lang. Ce dernier avouait n'avoir pas lu Zola, et avoir seulement voulu rendre hommage à Renoir. Parmi les intérêts de ce curieux remake, une fructueuse réflexion sur la vision positive du héros américain… Glenn Ford remplace Gabin : c'est un ancien combattant, un héros revenu de Corée, et il ne peut donc en aucun cas être un assassin. Ainsi, plus d'hérédité, plus de problème d'alcool… et forcément un dénouement positif…


Bon travail !
Noli dei pueros putare pro feris anatibus ! (Michel Audiard)
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)