Chandelles, cierges et bougies

Les Romains s’éclairaient de flambeaux de bois résineux, de lampes à huile, et de cylindres de matière grasse traversés d’une mèche dans le sens de la longueur.
Il en existait de deux sortes
: les pauvres se contentaient de la candela, en suif (graisse de bœuf), les riches utilisaient le cereus, en cire.
L’usage de ces deux mots s’est poursuivi en français
: candela a donné chandoile, chandelle, et cereus a donné cierge.

Au Moyen-Âge, l’usage des cierges n’est pas réservé aux églises
; les poètes décrivent des salles de château éclairées de nombreux «cierges» donnant une lumière qui rivalise avec celle du jour.

Mais, à mesure que le mot
cierge a pris un sens religieux, un autre mot est apparu pour désigner les cylindres de cire. Comme c’était de la ville de Bougie, sur la côte algérienne, que provenait la cire la plus réputée, on disait, au XIVe siècle « chandelle de Bougie », puis « bougie ».

Les bougies étaient un luxe au XVIIe siècle
: les pauvres et les avares, comme Harpagon, s’éclairaient à la chandelle, qui sentait mauvais et dont la mèche grésillait.

La Comtesse d’Escarbagnas, dans la pièce de Molière, commande à sa servante d’allumer « 
deux bougies ». La pauvre petite, bien en peine, rétorque: « je n’ai que des bougies de suif »; toute la salle s’esclaffait à l’époque, alors que, désormais, nous ne comprenons pas que la petite n’ose pas dire, devant les invités: « Je n’ai que des chandelles »… La périphrase « bougies de suif » devait beaucoup amuser le public.

Dans le théâtre classique, on changeait ou «mouchait» les chandelles qui éclairaient les lustres et la rampe (devant de la scène) à intervalles réguliers, environ toutes les vingt minutes : la longueur des actes d’une pièce était déterminée par le temps que la chandelle brûlait sans avoir besoin d’être mouchée

Aujourd’hui, nos bougies modernes ne sont plus en cire, mais en stéarine.
Les chandelles ont disparu, mais le mot survit dans quelques expressions familières
: faire des économies de bouts de chandelle, voir trente-six chandelles, brûler la chandelle par les deux bouts, tenir la chandelle
Comments