Passion Lettres

Livre du jour Gustave Flaubert Madame Bovary

INCIPIT
Chaque jour, un livre en téléchargement
gratuit

Nous étions à l’Étude, quand le Proviseur entra, suivi d’un nouveau habillé en bourgeois et d’un gar
on de classe qui portait un grand pupitre. Ceux qui dormaient se réveillèrent, et chacun se leva comme surpris dans son travail.
Le Proviseur nous fit signe de nous rasseoir ; puis, se tour- nant vers le ma
tre d’études :
– Monsieur Roger, lui dit-il à demi-voix, voici un élève que je vous recommande, il entre en cinquième. Si son travail et sa con- duite sont méritoires, il passera dans les grands, où l’appelle son
ge.
Resté dans l’angle, derrière la porte, si bien qu’on l’apercevait à peine, le nouveau était un gars de la campagne, d’une quinzaine d’années environ, et plus haut de taille qu’aucun de nous tous. Il avait les cheveux coupés droit sur le front, comme un chantre de village, l’air raisonnable et fort embarrassé. Quoiqu’il ne f
t pas large des épaules, son habit-veste de drap vert à boutons noirs devait le gner aux entournures et laissait voir, par la fente des parements, des poignets rouges habitués à tre nus. Ses jambes, en bas bleus, sortaient d’un pantalon jauntre très tiré par les bretelles. Il était chaussé de souliers forts, mal cirés, garnis de clous.


Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1857

blog comments powered by Disqus