Éphéméride 1er août 1752 Querelle des Bouffons




En gestation depuis quelques semaines, notamment avec la parution d’un article de Jean-Jacques Rousseau, la
Querelle des Bouffons éclate avec l’arrivée d’une troupe itinérante italienne, celle d'Eustacchio Bambini. Celle-ci connaît un succès imprévu avec sa représentation de La Serva Padrona de Pergolèse, qui paraît bien loin de la référence française d’alors, à savoir Jean-Philippe Rameau. En 1753, une année après l'arrivée des Bouffons, Rousseau publie un pamphlet (Lettre sur la musique française), dans lequel il monte La Serva padrona en épingle et critique violemment Rameau  :
« 
Je crois avoir fait voir qu'il n'y a ni mesure ni mélodie dans la musique française, parce que la langue n'en est pas susceptibleque le chant français n'est qu'un aboiement continuel, insupportable à toute oreille non prévenueque l'harmonie en est brute, sans expression et sentant uniquement son remplissage d'écolier… ».
Ses interventions vont peser lourd dans la réception de l'œuvre. Partisan d’une perception scientifique de la musique fondée sur l’harmonie, Rameau voit s’opposer à lui des théories soutenant l’importance première de la mélodie. Cette querelle qui divisera les intellectuels français pendant deux ans, en opposant le traditionalisme baroque de Rameau aux idées des Encyclopédistes, et surtout à un Rousseau précurseur du Romantisme, aura constitué un grand moment d'ouverture de la musique française à des valeurs esthétiques nouvelles.

blog comments powered by Disqus