Éphéméride 22 février 1864 naissance de Jules Renard

Le 22 février 1864, Pierre-Jules Renard naît à Châlons-du-Maine en Mayenne. Il est le fils de François Renard, entrepreneur de travaux, et de Anna-Rose Colin. Il est le dernier enfant, non désiré, et sera un enfant martyr.


En 1866, la famille Renard s’installe à Chitry-les-Mines (Nièvre). Sa jeunesse, « un grand silence roux », est malheureuse. À partir de 1875 et jusqu’en 1881, Jules Renard suit les cours du lycée de Nevers (qui prendra son nom par la suite). Après avoir échoué à la première partie du baccalauréat, il suit les cours de rhétorique du lycée Charlemagne à Paris, en fin d’année il obtiendra la première partie du baccalauréat, ce qui lui permettra de suivre les cours de philosophie dans ce même lycée. Renard obtient la deuxième partie de son baccalauréat en 1883 mais renonce à préparer l’École Normale Supérieure.


À vingt-deux ans, Renard fait plusieurs tentatives pour trouver du travail et collabore à divers journaux et revues. Après des années de misère, il se marie et produit des poèmes, des nouvelles et de petites pièces de théâtre et son célèbre
Poil de carotte. Il fréquente les cafés littéraires et collabore à de grands journaux parisiens.

Jules Renard et Vallette fondent le
Mercure de France. Jules écrit des articles, des critiques littéraires et des textes pour le Mercure de France qui paraîtront en 1890 sous le titre de Sourires pincés. Il fréquentera désormais de nombreux écrivains et artistes célèbres. En décembre 1891, il commence sa collaboration au Gil Blas.

Le 19 juin 1897, son père François Renard se tue d’un coup de fusil.
Le 22 janvier 1900, c’est son frère, Maurice, qui meurt d’une crise cardiaque, il est enterré civilement à Chitry.

Le 6 mai de la même année, Jules Renard est élu conseiller municipal à Chaumot et obtient la Légion d’Honneur en août. Renonçant à Chaumot il devient conseiller municipal de Chitry en avril 1904 puis maire en mai 1904 et réélu en 1908. En 1907 il est élu à l’Académie Goncourt.

Le 5 août 1909, la mère de Jules Renard (Madame Lepic dans
Poil de Carotte) meurt sans que l’on sache si ce fut un accident ou un suicide (elle tombe dans le puits de son jardin).

Le 22 mai 1910 Renard meurt au 44 rue du Rocher à Paris, des suites d’une artériosclérose. Il sera enterré civilement le 24 mai 1910 à Chitry-les-Mines.


Jules Renard puise son inspiration dans la campagne nivernaise où il essaie de séjourner le plus fréquemment possible. Ses portraits sont incisifs, ironiques et parfois cruels. Dans
Histoires Naturelles (1896), il humanise les animaux et animalise les hommes. Il milita pour le pacifisme et l’anticléricalisme qui apparaît notamment dans La Bigote. Souvent irreligieux, il confie dans son journal: « J’ai l’esprit anticlérical et un cœur de moine ».

Son journal (1897 à 1910, mais publié en 1925) est certainement son chef-d’œuvre, fait d’introspection, d’ironie, d’humour et de nostalgie. C’est aussi une mine d’information sur la vie littéraire.

Ses œuvres principales
:
L’écornifleur (1892), Histoires Naturelles (1894), Poil de carotte (1894), Plaisir de rompre (théâtre, 1897), Pain de ménage (1898), Journal (1897-1910), Les bucoliques (1908), La Bigote (1909).

blog comments powered by Disqus