Éphéméride 6 avril 1741 naissance de Nicolas Chamfort

Sébastien-Roch Nicolas, dit Chamfort, est un auteur dramatique, publiciste, poète, moraliste et littérateur français.

Né à
Clermont-Ferrand, le 6 avril 1741, d’un père inconnu, il fit ses études comme boursier au collège des Grassins à Paris, et remporta en rhétorique les premiers prix de l’université. Il s’y montra un élève brillant et fantasque.

Il prit en entrant dans le monde le nom de Chamfort à la place du simple nom de Nicolas qu’il avait porté jusque-là, se fit connaître de bonne heure par des prix de poésie remportés à l’Académie, donna au Théâtre-Français quelques comédies qui réussirent, et s’attacha pour vivre à diverses entreprises littéraires.

Sa réputation le fit rechercher du prince de Condé, qui le nomma vers 1776 secrétaire de ses commandements
; il devint ensuite en 1784 secrétaire ordinaire et du Cabinet de Madame Elisabeth, sœur du roi Louis XVI.

Avant la Révolution, il fut un des écrivains les plus apprécié par les salons parisiens, brillant et spirituel, il écrivit des pièces de théâtre. Initié à la Franc-maçonnerie en 1778, il fut élu à l’Académie française en 1781 au fauteuil n° 6.

Il fit une carrière d’homme de lettres qui le conduisit à l’Académie, mais très tôt contracta une maladie vénérienne dont il ne guérit jamais véritablement et qui le tint dans un état de faiblesse tout le reste de sa vie.

À la Révolution, il embrassa avec ardeur les idées nouvelles, quoiqu’il fût personnellement attaché à la famille royale; il se démit de son emploi, suivit les États généraux à Versailles, et se lia avec Mirabeau comme rédacteur anonyme de son journal ; il assista au serment du Jeu de Paume et applaudit à la prise de la Bastille.

Éminence grise de Talleyrand et de Mirabeau, dont il rédigeait partiellement les discours et les rapports, il entra avec lui au Club des Trente. Lié à Sieyès, il trouva le titre de sa brochure
: Qu’est-ce que le tiers état? Par ailleurs, plusieurs journaux l’accueillaient dans leurs colonnes, en particulier le Mercure de France.

Jean-Marie Roland de La Platière le nomma en 1792 conservateur de la Bibiothèque nationale. Ayant osé blâmer les fautes et les violences du parti révolutionnaire, il fut arrêté et jeté en prison; il essaya inutilement de se suicider et fut sauvé par une intervention chirurgicale.
On le relâcha bientôt après, mais il mourut au bout de quelques semaines des suites des blessures qu’il s’était faites, le 13 avril 1794.


L’œuvre la plus célèbre et la seule lue de Chamfort a été publiée en 1795 par son ami Pierre Louis Ginguené: Maximes et pensées, caractères et anecdotes, tirée des notes manuscrites qu’il avait laissées de Maximes et Pensées et de Caractères et Anecdotes. L’amertume de ces écrits annonce déjà Ambrose Bierce ou George Bernard Shaw. Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort souhaitait les publier sous le nom de Produits de la civilisation perfectionnée.

Ses écrits les plus estimés sont: Éloge de Molière, couronné (1769), Éloge de La Fontaine, 1774; La jeune Indienne, le Marchand de Smyrne (1770), comédies; Mustapha et Zéangir (1776), tragédie, ses Maximes et Pensées, Maximes générales.

Plusieurs de ses ouvrages se sont perdus, entre autres un
Commentaire sur La Fontaine (il n’en a paru qu’une partie dans les Trois Fabulistes, 1796).

Ses œuvres ont été rassemblées par Ginguené, 1795, 4 vol. in-8, et par M. Aguis, 1824, 5 vol. in-8, et réimprimées en 1855 par E. Didier.

blog comments powered by Disqus