Éphéméride 5 mars 1944 décès de Max Jacob

Max Jacob est un poète, romancier, essayiste, épistolier et peintre français, né le 12 juillet 1876 à Quimper, mort le 5 mars 1944, alors qu’il était emprisonné au camp de Drancy (Seine-Saint-Denis).


Fils d’un tailleur établi à Quimper, Max Jacob entreprend, après de brillantes études secondaires, des études à l’École coloniale à Paris. Il les abandonne au profit de la critique d’art, écrivant sous le pseudonyme de Léon David dans le Moniteur des Arts. La fréquentation des ateliers et des expositions lui permet de rencontrer Picasso en 1901. Le peintre catalan habitera chez Max Jacob à partir de 1902, avant que ce dernier aille rejoindre en 1907 la rue Ravignan à Montmartre, peu après l’installation du peintre au Bateau-Lavoir.

Max Jacob est alors le témoin privilégié de la naissance du cubisme, assistant en particulier à la genèse des
Demoiselles d’Avignon. Il se lie alors avec Juan Gris, Apollinaire, Braque ou André Salmon. Après des contes pour enfants, Max Jacob entreprend de réinventer la poésie en prose: Saint-Matorel (1911) et le Siège de Jérusalem (1914), illustrés par Picasso et les Œuvres burlesques et mystiques du frère Matorel (1912) avec des dessins de Derain, tous trois édités par Kahnweiler, précèdent le célèbre Cornet à dés (1917) édité à compte d’auteur.

Jusqu’en 1921, Max Jacob fréquente la bohème montmartroise et se lie avec la plupart des écrivains et artistes du moment. L’amitié de Cocteau sera indéfectible
; Modigliani fera de lui des portraits émouvants.
Deux apparitions du Christ (la première sur le mur de sa chambre en 1909, le seconde en 1914) le convainquent d’abandonner la religion juive pour la foi catholique. Le baptême aura lieu l’année suivante sous le regard de son parrain Picasso. Sa vie sera désormais différente.

De 1921 à 1928, il s’installe dans l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, où il demeurera de nouveau à partir de 1935, et jusqu’à sa mort en 1944. Il écrit d’innombrables méditations religieuses et dessine des scènes inspirées par la Bible.

Parallèlement à son œuvre d’écrivain, essentiellement des poésies où il démontre son incomparable talent de jongleur de mots (
La Défense de Tartuffe, 1919, Cinematoma, 1920, Le Laboratoire central et le Roi de Béotie, 1921, L’Art poétique et Le Cabinet noir, 1922, Filibuth ou la montre en or et La Couronne de Vulcain, 1923, etc.). Max Jacob, qui s’était essayé à la peinture à son arrivée à Paris, va se consacrer de plus en plus à cet art.
À partir de 1919, il exposera régulièrement ses gouaches qui lui procureront les ressources que l’écriture ne lui apporte pas. Elles sont inspirées par des paysages de Bretagne, de Paris ou du Val de Loire, par les fresques romanes qu’il admire ou par les scènes de cirque qu’il affectionne particulièrement.

Durant la période du Bateau-Lavoir, il avait adopté une technique faite de formes géométriques, qui n’était pas sans relations avec le cubisme. Il la reprendra dans les dernières années. Son art se partage alors entre des gouaches à l’expression spontanée et d’autres copiées d’après des cartes postales, plus alimentaires et plus banales.

Durant toute sa vie, Max Jacob a par ailleurs été un « découvreur » de talents, encourageants peintres, écrivains et musiciens, écrivant des préfaces ou servant d’intermédiaire avec ses amis et relations. André Malraux, Paul Dubuffet, Roger Toulouse, Josep de Togorès, Francis Poulenc, Henri Sauguet, Christopher Wood ou Giovanni Leonardi lui sont tous plus ou moins redevables.

De 1928 à 1935, de retour à Paris, Max Jacob s’abandonnera aux mondanités et au dandysme, entouré de toute une génération de jeunes poètes comme Marcel Béalu, Michel Manoll ou René-Guy Cadou, qui voient en lui, à travers
Le Cornet à dés, l’inventeur de la modernité. Sa correspondance est considérable.
Max Jacob va consacrer ses dernières années, particulièrement douloureuses, à prophétiser la catastrophe qui s’annonce. Bien qu’authentiquement chrétien, il est contraint de porter l’étoile jaune.

En 1942, sa sœur Julie-Delphine meurt, anéantie par la peur. L’année suivante, son frère Gaston, puis en janvier 1944, sa sœur chérie Myrté-Léa sont déportés à Auschwitz, dont ni l’un ni l’autre ne reviendront.

Max Jacob mène une vie quasi monastique à l’ombre de l’abbaye bénédictine de Saint Benoît sur Loire. C’est là qu’il est arrêté par la Gestapo d’Orléans le 24 février 1944, emprisonné à la prison d’Orléans, puis déporté quatre jours plus tard au camp de Drancy d’où partaient les convois vers l’Allemagne, où il meurt d’une pneumonie et d’épuisement deux semaines plus tard en dépit d’interventions tardives pour le faire libérer, dont celles de Jean Cocteau et Sacha Guitry.

Max Jacob comptait parmi ses nombreux amis Jean Moulin qui prend le pseudonyme de
Max dans ses activités de résistant. Son corps a été inhumé en 1949 à Saint-Benoît-sur-Loire. Sa tombe a été ornée d’un de ses portraits réalisé en 1935 par son ami René Iché.
Le 17 novembre 1960, il est déclaré officiellement « Poète mort pour la France ».
blog comments powered by Disqus