Éphéméride 7 avril 1979 décès de Marcel Jouhandeau


Marcel Jouhandeau, né à Guéret (Creuse) le 26 juillet 1888 et mort à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) le 7 avril 1979, est un écrivain français, connu également sous son pseudonyme Marcel Jouand.

Né dans une famille commerçante de Guéret, marqué au visage par une malformation labiale, il grandit dans un monde de femmes, notamment sa grand-mère. Marcel Jouhandeau se tourne, dès ses jeunes années – sous l’influence d’une jeune femme sortie du Carmel de Limoges – vers un catholicisme mystique et outré et il envisage dans un premier temps d’entrer dans les ordres.

À la suite d’une lecture, en 1908, il comprend qu’il est homosexuel. Il part pour Paris la même année et étudie au Lycée Henri-IV, puis à la faculté des lettres de l’université de Paris, où il commence à écrire. Il devient professeur dans un collège de Passy à partir de 1912.

Ses premiers émois homosexuels sont vécus dans une culpabilité extrême, dans l’outrage de Dieu. Pour autant, ce sentiment de honte ne l’empêche pas de se livrer à de nombreux « passages à l’acte » et toute sa vie oscillera entre la célébration du corps masculin et le vécu mortifère de la sexualité au point qu’en 1914, dans un élan mystique, Marcel Jouhandeau brûle ses manuscrits et tente de se suicider. La crise passée, il se remet progressivement à l’écriture par le truchement de chroniques villageoises qui sont l’occasion de premiers succès.

Durant la Première Guerre mondiale, il est, dans un premier temps, réformé, avant d’être affecté à l’arrière comme secrétaire à Guéret.

Il publie en 1924
Les Pincengrain, une chronique à peine déguisée des habitants de Guéret.

Les voyages sont pour lui l’occasion de se livrer aux amours masculines narrées dans l
’Amateur d’imprudences. Il se marie, à quarante ans, en 1929, avec une danseuse, Élisabeth Toulemont, dite Caryathis « Elyse », ex-maîtresse de Charles Dullin et familière de Jean Cocteau et de Max Jacob.

Durant cette période, il entame une œuvre de moraliste chrétien (
De l’abjection) avant de retomber dans les bras d’hommes, épisodes narrés dans Chronique d’une passion et Eloge de la volupté.

Élise espère détourner son mari de ses penchants pour les garçons mais, au cours des années trente, sa nature homosexuelle l’emportera à nouveau. À la fin de sa vie il assumera son homosexualité. Il en parle ouvertement dans divers ouvrages comme Chronique d’une passion, Du pur amour, Tirésias. Les Jouhandeau habitent à Paris près de la porte Maillot. Ses livres sont publiés aux éditions Gallimard (sept titres chez Grasset à la suite d’une brouille avec Gaston). Il enseigne jusqu’en juillet 1949.

Vers 1949 les Jouhandeau recueillent une fillette, Céline. Son éducation est un échec. À sa majorité elle met au monde un garçon (le père est reparti en Italie abandonnant mère et enfant), Marc, que les Jouhandeau adopteront.


De 1936 à 1941, il écrit quatre articles antisémites dont trois seront réunis dans une plaquette
Le Péril juif édité par Sorlot (s.d.). En 1941, il participe au « congrès de Weimar » (organisé par Goebbels) sur l’invitation de Gerhardt Heller. Partent avec lui Abel Bonnard, Drieu La Rochelle, Brasillach, Fabre-Luce, Chardonne, Fraigneau, Fernandez.

En décembre 1941, Jouhandeau publie
Témoignage, un court article où il développe son admiration pour l’Allemagne, dans La NRF de Drieu.

À la Libération, son dossier sera classé sans suites. Dans ses
Journaliers, longue chronique de vingt-huit volumes, il reviendra à plusieurs reprises sur cette période de son œuvre.

Élise meurt en 1971. Ce couple infernal occupe une place importante dans l’œuvre. Atteint de cécité, Jouhandeau cesse d’écrire en 1974. Il consacre ses dernières années à son fils Marc et s’éteint en 1979 à Rueil-Malmaison, son domicile depuis 1960.
blog comments powered by Disqus