Éphéméride 11 janvier 1828 décès de Thomas Hardy

Thomas Hardy (2 juin 1840 — 11 janvier 1928) est un poète et romancier anglais appartenant au courant naturaliste. Auteur devenu aujourd’hui classique, il a particulièrement influencé D. H. Lawrence.

Thomas Hardy naît à Higher Bockhampton, lieu-dit du village de Stinsford, voisin de Dorchester dans le Dorset, comté du sud-ouest de l’Angleterre, où son père exerce la profession de tailleur de pierre. Sa mère, lettrée, lui donne cours à domicile avant qu’il ne soit inscrit à l’école locale à l’âge de 8 ans. Il arrête ses études à 16 ans en devenant apprenti chez un architecte local. Il travaille ainsi dans le Dorchester avant de partir pour Londres en 1862, où il devient étudiant au King’s College de Londres. Il remporte des prix du Royal Institute of British Architects et de l’Architectural Association.

De ses études, il garde le goût de la poésie latine. C’est en autodidacte qu’il apprend le grec pour pouvoir lire Homère et le Nouveau Testament. Sur le plan des idées, il se forme en lisant John Stuart Mill et adhère aux idées de Charles Fourier et d’Auguste Comte. Charles Darwin et la critique biblique lui font perdre la foi religieuse dont il porte le deuil toute sa vie. Se sentant rejeté par une société de classe londonienne qu’il exècre, il décide de rentrer dans son Dorset provincial cinq ans plus tard pour se consacrer à l’écriture.
Très tôt, il écrit des poèmes, dont certains verront le jour trente ou quarante ans plus tard.

En 1867, à son retour de Londres, il se tourne vers le roman pour essayer de vivre de sa plume. Passées les premières difficultés, il réussit honorablement. Il publie bientôt dans des revues et des magazines. De 1871 à 1896, il écrit quatorze romans et quatre recueils de nouvelles. Une demi-douzaine de grandes œuvres émergent de cette production inégale
:
1874
: Loin de la foule déchaînée (Far from the Madding Crowd);
1878
: Le Retour au pays natal (The Return of the Native);
1886
: Le Maire de Casterbridge (The Mayor of Casterbridge);
1887
: Les Forestiers (The Woodlanders);
1891
: Tess d’Urberville (Tess of the d’Urbervilles);
1896
: Jude l’Obscur (Jude the Obscure).
Après le scandale déclenché par la critique radicale du mariage et de la religion qu’est
Jude, dont les exemplaires sont vendus cachés dans du papier d’emballage à cause de l’exposé qu’y fait l’auteur de l'« érotolepsie », Thomas Hardy, abandonne le roman. Il se consacre alors à la poésie. Thomas Hardy commence à souffrir de pleurésie en décembre 1927 et en meurt en janvier 1928 à Dorchester, après avoir dicté son tout dernier poème à sa femme et secrétaire sur son lit de mort. Lettres et notes du défunt ont été détruites par les exécuteurs testamentaires.
blog comments powered by Disqus