Passion Lettres

Arlette Farge Essai pour une histoire des voix

Passionnée par le XVIIIe siècle, je ne manque jamais un livre d’Arlette Farge, pour qui j’éprouve une immense admiration.
Une présentation de son dernier livre
:
Au XVIIIsiècle, l’oralité triomphe; la voix et son timbre sont les moyens privilégiés de la population pour être au monde.

La rue, les salons résonnent des conversations, badinages, disputes, annonces royales sur jeu de trompettes, paroles du pouvoir et de L’Église, chansons à un sol, musiques jouées à tout va. Ils contiennent aussi tes cris, les gémissements, les voix du désarroi, de la folie, celles qui s’échappent des immeubles, des prisons et des hôpitaux. La société populaire est un immense champ sonore et vocal. Toutes ces voix se sont enfuies à jamais pourtant elles sont la matrice de communautés n’ayant guère accès à l’écrit.
Arlette Farge les recherche à travers les archives dans lesquelles ont été notés parfois les timbres de voix et les intonations des uns et des autres. Elle trace une ligne fragile, aux confins de la linguistique et de la musique, et parvient à nous faire entendre « ces voix démultipliées sans lesquelles nous ne sommes rien ».


Le vendredi 6 novembre, a été projeté à la Scam, à Paris,
l’Échappée belle, un documentaire de Frédéric Biamonti (Hunstville, la colonie pénitentiaire; Destin des Halles…), consacré à l’historienne Arlette Farge, spécialiste des archives de police du XVIIIe siècle, intellectuelle atypique, à la curiosité gourmande. En présence d’Arlette Farge et du réalisateur.
deux liens
: entretiens à la revue VACARME ici et ici


blog comments powered by Disqus