LA RÉGENCE (1715-1723)





La Régence est un régime politique qui prend place à la mort de Louis XIV, dont les enfants et petits-enfants sont décédés avant lui. C’est son arrière-petit-fils qui doit lui succéder, mais celui-ci, le futur Louis XV, n’est pas encore en âge de régner : il a cinq ans et neuf mois. Sa majorité est fixée à treize ans et un jour.


Le testament de Louis XIV prévoyait un Conseil de Régence, présidé par le duc
Philippe d'Orléans, neveu du Roi, mais qui laissait une place importante aux ducs de Maine et de Toulouse (bâtards légitimés du roi Louis XIV, fils de Mme de Montespan).


Le Parlement de Paris cassa ce testament. Le pouvoir revient donc à Philippe d'Orléans, de la branche cadette (fils de Monsieur, frère du Roi, et de la Princesse Palatine), opposée à l'absolutisme de Louis XIV. Philippe d’Orléans avait épousé une fille de Mme de Montespan et du feu roi, sœur des ducs du Maine et de Toulouse.


Le Régent Philippe d'Orléans est fort cultivé; il aime les sciences expérimentales, la musique, a des aspects de « despote éclairé ». Il donne plus de pouvoir aux nobles qui avaient souffert de l'absolutisme de Louis XIV, crée des conseils (conseil du dedans, conseil du commerce, conseil des finances, conseil des consciences à tendance janséniste). Les Parlements retrouvent leurs droits de remontrance, les jansénistes emprisonnés sont libérés, une alliance est conclue avec l'Angleterre.


Mais au bout de trois ans, le Régent doit supprimer les conseils et revenir à une politique plus proche de celle de Louis XIV. Il confie alors le pouvoir à l'abbé (devenu Cardinal) Dubois, qui le conservera jusqu'à 1723, date de sa mort. C'est dans cette période que se situe la faillite financière de Law, un financier écossais qui a inventé le papier monnaie (billet de banque) et la première inflation…
C’est également le début de la colonisation de la Louisiane, la «Nouvelle Orléans». Louis XV la vendra plus tard…


Après la mort de Dubois et du Régent (1723), Louis XV fait appel au duc de Bourbon. Mais, en fait, c'est le cardinal Fleury qui gouverne, surtout après 1726, date à laquelle le roi a congédié le duc de Bourbon.


Quoiqu'il y ait, dès la fin du règne de Louis XIV, ce que l'on a appelé une
frùhaufklärung, dont des personnalités aussi différentes que Perrault, Houdar de la Motte, Galland, Fontenelle, Bayle, sont des illustrations caractéristiques, la Régence, avec la libéralisation de la politique et des mœurs qui la caractérise, peut être considérée comme le premier temps du rayonnement des Lumières en France.


Les
Lettres persanes (1721) sont bien révélatrices de cette période où la critique est vive, spirituelle, où le combat n'a pas encore l'âpreté qu'il connaîtra autour de1750.


C'est l'époque du salon de la Duchesse du Maine ou de celui de Mme de Lambert. Marivaux vient chez Mme de Lambert
; Voltaire en 1718 lit chez la duchesse du Maine sa tragédie Œdipe.


Les arts aussi connaissent un nouvel essor. Gillot (qui meurt en 1722), Watteau qui meurt en 1721 expriment le genre de cette époque, tandis que la décoration est renouvelée par Meissonier (1695-1750), et l'art du mobilier par l'ébéniste Cressent.


La technique du pastel est importée d'Italie grâce à la Vénitienne Rosalba Carnera, reçue à l'Académie de peinture. Le costume change aussi
: les paniers apparaissent en 1718, et si l'on aime les « négligés », ils n'en sont pas moins fort luxueux.


Pour se documenter, le grand film sur la Régence est Que la fête commence !, film de Bertrand Tavernier (1975) avec Philippe Noiret dans le rôle du Régent et Jean Rochefort dans celui de l’abbé Dubois : cependant, à la fin du film, la révolte et la prédiction de la paysanne coiffée du bonnet phrygien, et qui tend le poing, sont totalement anachroniques. L’époque est loin d’être prérévolutionnaire.


L’histoire est inspirée d’un roman d’Alexandre Dumas,
Une Fille du Régent, téléchargeable ici.

Par ailleurs, ce n’est pas un film pour enfants…

*
* *


Petite note personnelle :

Ayant beaucoup d’attirance pour cette période de l’Histoire, et de sympathie pour le Régent, je suis heureuse que notre maison familiale ait été construite sous la Régence : 1718, la même année que la construction du palais de l’Elysée, mais de très moindre dimension…