La situation de communication



Observation

Charte du plaisancier

* Je respecte la mer et les rivières, je n’aborde pas les sites protégés, je limite ma pêche aux espèces et tailles autorisées, j’observe les animaux sans les toucher ni les déranger.
* Avant de mouiller, je m’informe de la nature du fond pour éviter sa dégradation. De préférence, j’utilise les bouées d’amarrage.
* Je dépose mes déchets ménagers dans les containers et mes déchets toxiques, solides et liquides à la déchetterie portuaire.
* J’utilise les installations sanitaires portuaires. Je vidange mon bac à eaux noires dans les stations de pompage. J’utilise les produits détergents les plus respectueux de l’environnement.
* Je m’assure que toute opération d’entretien (bateau, matériel, équipement) est effectuée dans le respect de l’environnement. Je manipule avec précaution tous les liquides susceptibles de polluer lors de leur transvasement.
* Je respecte la tranquillité du site et le voisinage.

Charte réalisée sous l’égide du Conseil Supérieur de la Navigation de Plaisance et des Sports Nautiques avec 3 partenaires: Pavillons Bleus d’Europe — Fédération des Industries Nautiques — SOS-MER PROPRE l’eau de la source à la mer.




Questions

1. Qui signe et diffuse ce texte
?

2. À qui s’adresse le texte
? Comment ce destinataire apparaît-il dans le texte?

3. Comment aurait-on pu s’adresser à ce destinataire
? Quels pronoms auraient pu être employés?

4. Dans quel but ce texte a-t-il été écrit
?

5. Relevez plusieurs expressions qui ne peuvent être comprises que par le destinataire visé.


Leçon

1. Définition

Toute acte de communication a lieu dans une situation concrète. Cette situation implique deux ou plusieurs personnes qui communiquent, un message qui est transmis et un contexte dans lequel le message est transmis.


Pour analyser un énoncé, il est important de définir les composantes de base de la situation de communication dans laquelle il a été échangé. L’acte de prise de parole d’une personne, qui envoie un message à une autre personne en un lieu et à un moment précis, s’appelle l’énonciation.

Un énoncé est un message oral ou écrit produit par une personne à un moment et dans un lieu donnés

L’énonciation est l’acte de prise de parole d’une personne à un moment et en un lieu donnés.




2. Les types de communication

Quand des personnes échangent des messages, elles sont en situation de communication. La personne qui produit le message (l’émetteur) et la personne qui reçoit le message (le récepteur) sont les interlocuteurs.

Selon les conditions matérielles et le canal utilisé, on distingue trois types de communication
:

• la communication directe
: l’émetteur et le récepteur se trouvent à un même moment dans un même lieu. Cette situation caractérise la communication orale ou le dialogue. L’échange face à face, le téléphone, l’interphone, le bavardage ou « chat » sur l’internet sont des exemples de communication directe.

• la communication différée
: le message de l’émetteur parvient au récepteur à un autre moment que celui où il a été produit. La télécopie, le livre, le journal, le cédérom, le courrier postal, le courrier électronique, les groupes de discussion sur le réseau internet, le répondeur automatique, la boîte vocale sont des moyens qui permettent une communication différée.

• la communication rapportée
: lorsque, dans une conversation ou un texte, l’émetteur veut transmettre des paroles échangées à un autre moment et dans un autre lieu, on parle de communication rapportée.
Ex.
Antoine a dit à Hélène « Je vais apprendre le chinois ». Hélène lui a répondu: « Je ne te croyais pas si travailleur! ».


3. Les variations de la communication

Lors de la communication, les formes du message échangé varient selon de nombreux critères
:

— l’âge, le sexe, la situation sociale, le caractère, les compétences de l’émetteur et du récepteur dans le domaine du langage
;

— l’intention de l’émetteur (séduire, gronder, demander, refuser, etc.)
;

— l’image que l’émetteur se fait du récepteur (position dans la famille, dans l’entreprise, à l’école, au bureau, etc.) et de ses connaissances sur le sujet
;

— le rôle que tient l’émetteur face au récepteur
: lien de parenté, position de faiblesse ou d’autorité, etc.;

— le cadre de la communication
: le lieu, l’époque;

— le support du message
: oral, écrit (courrier, télécopie, « texto », répondeur, etc.)


Pour l’expression écrite et orale

À l’oral, une communication réussie situe les interlocuteurs dans un univers qui leur est commun. Sinon, il y a risque de quiproquo, ainsi que le met en scène Raymond Devos
:
« Je boucle ma valise… je vais pour prendre le car… je demande à l’employé:
— Pour Caen, quelle heure
?
— Pour où
?
— Pour Caen
!
— Comment voulez-vous que je vous dise pour quand, si je ne sais pas où
?
— Comment
? Vous ne savez pas où est Caen?
— Si vous ne me le dites pas
!
— Mais je vous ai dit Caen
!
— Oui
!… mais vous ne m’avez pas dit où! […]

Raymond Devos, Ça n’a pas de sens, Denoël, 1968.


À l’écrit, les conditions pour que le message soit bien compris sont encore plus exigeantes
: nous devons nous exercer à la mise en mots totale du message à communiquer, en « traduisant » les gestes, les mimiques, les intonations mis en jeu dans la communication orale.


Résumé

La situation de communication se compose des personnes qui participent à la communication ainsi que du moment et du lieu où l’énoncé est produit.

L’énonciation est l’acte de prendre la parole.
Un énoncé est le résultat de l’énonciation.
Le cadre de l’énonciation d’un énoncé comprend les éléments suivants
:



    Évaluation

    À la fin de cette leçon, je sais

    — définir ce qu’est un énoncé
    — identifier les partenaires et le cadre d’une situation de communication
    — distinguer les trois types de communication
    — analyser l’intention de l’émetteur.


    Leçon publiée dans Grammaire et expression 4e Nathan