Vladimir Nabokov,
Feu pâle, 1963

suivi de

La mise en abîme dans le récit

Stacks Image 1729



Biographie

Nabokov est un écrivain américain d’origine russe, né le 12 (24) avril 1899 à Saint Pétersbourg, mort à Montreux (Suisse) le 2 juillet 1977.

Il est né dans une famille aristocratique et cultivée. Son père, avocat et professeur de droit, est membre du premier gouvernement provisoire en 1917. Enfant, Nabokov parle le russe, le français, l’anglais et l’allemand. Il écrit des poèmes et publie deux recueils, en 1914 et en 1917.. En 1919, la famille s’exile et il termine ses études à l’université de Cambridge. Il s’installe à Berlin en 1922 et publie des poèmes puis des romans qui ont du succès dans les milieux de l’émigration russe..

Il gagne les États-Unis où il va enseigner la littérature russe pendant vingt ans à Stanford puis à Harvard. Naturalisé américain en 1945, il commence à écrire en anglais. Ce sont ses souvenirs d’enfance qui commenceront à le faire connaître dans les milieux littéraires américains.
Cette notoriété devient mondiale en 1958 avec
Lolita, qui provoque un scandale. Il traduit du russe ses précédents ouvrages.
En 1962,
Feu Pâle montre sa virtuosité d’écrivain. La Défense Lougine en 1964 illustre à la fois son talent de conteur et sa fine connaissance du jeu d’échecs. On lui doit des traductions remarquables de grands auteurs : Pouchkine, Musset, Lewis Carroll.

En 1959, il s’installe en Suisse où il publie son chef-d’œuvre,
Ada (1969) et où il meurt en 1977 d’une mystérieuse maladie. Nabokov a brillé dans presque toutes les formes littéraires : poésie, roman, essai, récit. Chantre de l’exil et de l’émigration, il révèle cependant ses meilleures réussites dans la description de son enfance et des lieux « d’avant », de l’été russe, du premier amour.

Feu Pâle

Cet ouvrage a été publié en 1963. Il est difficile de le qualifier de roman, car il est composé d’un long poème de 999 vers, d’une introduction au poème, et surtout de commentaires six fois plus longs que le poème .

L’auteur du poème est l’Américain John Shade qui meurt, à la fin de l’ouvrage, d’une balle destinée à son commentateur le professeur Charles Kinbote.

Kinbote est venu passer un trimestre à Wordsmith College où il enseigne le zamblan, sa langue maternelle. C’est un personnage insaisissable aux multiples identités, mais parfois la distance entre Kinbote et Shade s’affaiblit : ils sont tous deux professeurs et homosexuels et tout ceci participe d’une sorte de schizophrénie un peu terrifiante.
Mais tout ceci se dégage seulement du commentaire très savant et très allusif du poème originel, en un vaste puzzle, une œuvre « ouverte » qui se construit et se déconstruit sans cesse, un jeu intellectuel brillant qui exprime toute l’absurdité et la folie de la société moderne.

  • FEU PÂLE a été écrit parallèlement à la grande édition critique que Vladimir Nabokov préparait de l'Eugène Onéguine de Pouchkine. C'est donc la parodie d'une édition critique, et le roman reprend les grandes divisions d'un travail de ce genre : introduction, texte du poème, commentaire en forme de notes, index.


  • Dans l'introduction, l'auteur présumé de cette édition critique, Charles Kinbote, conseille de consulter d'abord les notes et de revenir ensuite au texte du poème (p. 26). C'est dire clairement que l'essentiel est dans le commentaire, et que le texte du poème n'en est que le support, ou le prétexte.


  • Bibliographie


  • Édition :

  • L'édition originale de Pale Fire a été publiée en 1962 chez G.P. Putnan's Sons ; la traduction française de Raymond Girard et Maurice‑Edgar Coindreau a été publiée chez Gallimard en 1965 et reprise dans la collection « L'Imaginaire » n° 274.

  • C'est cette édition que nous utilisons.


  • Biographie :

  • Andrew Field, Nabokov, éd. du Seuil, 1982, à compléter avec l'autobiographie de Nabokov lui-même, Autres rivages, Gallimard, 1961 (mais cette autobiographie ne va que jusqu'en 1940).


  • Ouvrage d’ensemble :


  • Maurice Couturier, Nabokov, Lausanne, L'Âge d'homme, 1979 (édition abrégée d'une thèse de 1976 sur L'Énonciation du roman nabokovien)


  • Revues :


  • Magazine littéraire n° 233, septembre 1986.

  • Delta n° 217, octobre 1983 (Université de Montpellier).

  • L'Arc n° 99, rééd. 1985.


  • Ouvrages de langue anglaise :


  • Julia Bader, Crystal Land : Artifice in Nabokov's English Novels Berkeley, University of California Press, 1972.


  • L.S. Dembo, The Man and His Works Madison, University of Wisconsin Press, 1967.


  • D. Barton Johnson, Worlds in Regression : Some Novels of Vladimir Nabokov, Ann Arbor, Ardis, 1985.


  • Andrew Field, Nabokov His Life in Art. Boston, Little, Brown, 1967.


  • Jessie Thomas Lokrantz, The Underside of the Weave Soie Stylistic Devices Used by Vladimir Nabokov, Upala, Acta Universitatis Upsaliensis n° 11, 1973.


  • David Packman, Vladimir Nabokov The Structure of Literary Desire University of Missouri‑ Press, 1982.


  • David Rampton, Vladimir Nabokov Cambridge University Press, 1984.


  • William Woodin Rowe, Nabokov's Deceptive World, York University Press, 1971.


  • Page Stegner, Escape into Aesthetics The Art of Vladimir Nabokov New York, Dial, 1966.


  • Articles


  • Nina Berberova, « The Mechanics of Pale Fire » dans Nabokov, ed. Alfred Appel, New York, Simon and Schuster, 1970,p. 147‑159.


  • Maurice Couturier, « Nabokov's Pale Fire or the Purloined Poem », dans Revue Française d'Études Américaines, n° 1, avril 1976, p. 55‑69.


  • D. Barton Johnson, « The Index of Refraction in Pale Fire », dans Worlds on Regression op. cit., p. 60‑73.


  • Michael Long, « Blue Inenubilable Zembla », dans Marvel, Nabokov Oxford, Clarendon Press, 1984, p. 173-191.

  • Mary McCarthy, « Pale Fire », dans L'arc n° 299, 1985, p. 7‑20 (trad. en français)


  • Lucy B. Maddox, « Pale Fire », dans Nabokov’s Novela in English, Athens, University of Georgia Press, 1983, p. 14‑34.


  • Kevin Pilon, « A Chronology of Pale Fire dans A Book of Things about V. Nabokov », ed. Carl Proffer, Ann Arbour, Ardis, 1974, p. 218‑225.


  • David Raznpton, « Pale Fire, Transparent Things, Look at the Harlequins » dans Vladimir Nabokov, p. 148‑180.


  • Alden Sprovles, « Preliminary Annotation to Charles Kinbote’s Commentary of Pale Fire » dans A Book of Things about Nabokov, p. 226‑247.


Plan de l’étude


L ' I N T R O D U C T I O N : Quelques remarques pour une analyse

1. Présentation du poème
2. Histoire de la publication de « Feu pâle »,
3. Évocation de l’amitié entre Kinbote et Shade

LES QUARANTE PREMIERS VERS DE FEU PÂLE ET LEUR COMMENTAIRE
1. La méthode

2. Détournement
3. La mise en abyme

COMMENTAIRES




pour obtenir le fichier électronique complet de 28 pages en pdf :


Participation de 3,99 euros aux frais d'hébergement du site

Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures.

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !

















  • Étude complémentaire : Mises en abyme dans le récit

d’après les travaux de Lucien Dällenbach sur le récit spéculaire

comparaison de :
• André Gide,
Paludes (1895)
• Vladimir Nabokov
Feu pâle (1962)
• Italo Calvino,
Si par une nuit d’hiver un voyageur (1979)

Stacks Image 1831

pour obtenir le fichier électronique complet de 42 pages en pdf :


Participation de 3,99 euros aux frais d'hébergement du site
Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures.

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être détruit ou dirigé vers votre dossier de courrier indésirable.