x

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Pour en savoir plus, consultez notre charte.



CARLOS FUENTES,
La Mort d’Artemio Cruz, 1962

suivi de

L’écriture de la mort dans le récit

Stacks Image 1729





CARLOS FUENTES (1928-2012)


11 novembre 1928 : naissance à Panama. Fils d’un diplomate mexicain, Rafael Fuentes Boettinger, et de Berta, il suit les postes diplomatiques paternels à Panama, à Quito (Équateur) à Montevideo (Uruguay), à Rio de Janeiro (Brésil), à Washington (États-Unis), à Santiago (Chili) et à Buenos Aires (Argentine).
En 1944 à Buenos Aires, Carlos Fuentes refuse d’assister aux cours de l’école secondaire en raison du soutien du Gouvernement argentin à l’Allemagne nazie. Il en profite pour découvrir les œuvres de Borges et le tango.
Chaque été, il revient à Mexico pour suivre les cours à l’école afin de ne pas perdre le contact avec sa langue maternelle et apprendre l’histoire de son pays, le Mexique.
Études de droit à l’Université de Mexico puis à l’Institut des hautes études de Genève où il obtient un diplôme en Économie.
1950-1952 : membre de la délégation mexicaine auprès de l’Organisation internationale du travail, chargé de la presse auprès du ministère des Affaires étrangères
1954 : recueil de nouvelles,
Jours de carnaval (Los días enmascarados)
1955 : fonde avec Octavio Paz et Emmanuel Carballo, la
Revue mexicaine de Littérature
1958 : premier roman La plus limpide région (La región más transparente), regard acéré sur l’organisation de la société mexicaine. Il épouse l’actrice Rita Macedo, une actrice mexicaine qui a joué dans les films Nazarín et El ángel exterminador de Luis Buñuel, dont il a une fille. Il défend activement la Révolution castriste à Cuba.
1959 Les bonnes consciences. Il abandonne son poste de directeur des relations culturelles au Ministère des Affaires étrangères pour celui de rédacteur de presse (El Espectador). 1962 : La Mort d’Artemio Cruz décrit un Mexique trahi par un révolutionnaire arriviste, l’échec de sa révolution et le détournement par la bourgeoisie de l’héritage zapatiste.
1964 : roman Le Chant des aveugles (Cantar de ciegos)
1965 : cofondateur de la maison d’édition mexicaine Siglo XXI. 1967 : roman
Peau neuve (Cambio de piel), Zone sacrée
1968 : essai politique et historique
La Révolution de mai
1969 : Anniversaire, Le nouveau roman hispano-américain (réflexion sur la littérature et l’écriture). Carlos Fuentes passe beaucoup de temps à écrire et occupe des fonctions officielles pour le Mexique : membre de la délégation mexicaine auprès de l’Organisation internationale du travail, chargé de la presse auprès du ministère des Affaires étrangères… Rita a du mal à supporter le rythme de vie de Carlos et en 1969 ils décident de divorcer.
1970 : théâtre
Le Borgne est roi. Il fait la connaissance de la journaliste Silvia Lemus.
1971 : théâtre
Tous les chats sont gris
1971 : proche de Fidel Castro, il quitte le Parti communiste après l’incarcération du poète Heberto Padilla
essais sur William Faulkner, Herman Melville, Jean Genet, Luis Buñuel et Jane Austen. La maison à deux portes (réflexion sur la littérature et l’écriture)
1972 : essai politique et historique
Temps mexicain critique de l’impérialisme américain
1972 : Après son divorce, il épouse la journaliste Sylvia Lemus. De cette union naîtra Carlos, alors que le couple se trouve à Paris, et Natasha en 1974 alors qu’ils se trouvent à Washington, tous deux morts jeunes.
1975 : roman
Terra Nostra où il restitue la mémoire historique mexicaine, y compris les mythes pré-hispaniques de Charles Quint à Charles II « l’ensorcelé ».
1976 :
Cervantès, ou la critique de la lecture (son expérience d’écrivain)
De 1973 à 1977, il est ambassadeur du Mexique en France. Il enseigne également dans plusieurs universités aux États-Unis (Columbia, Cambridge, Princeton, Harvard). Il se lie avec Gabriel García Marquez, Milan Kundera, William Styron.
1977 : prix Romulo Gallegos, la plus haute distinction littéraire d’Amérique latine pour son roman
Terra Nostra
1978 : La Tête de l’hydre (1978),
1980 : Une certaine parenté
À partir des années 1980, Fuentes poursuit son œuvre, rassemblé sous le titre générique de L’Âge du Temps.
1981 :
L’Eau brûlée
1985 roman Le Vieux Gringo (Gringo viejo), porté à l’écran par Luis Puenzo, avec Gregory Peck et Jane Fonda.
1987 :
Christophe et son œuf
1990 : Le Sourire d’Érasme, essai, La Campagne
1992 :
Le Miroir enterré, essai, L’Oranger
Carlos Fuentes obtient le Prix national de Littérature en 1985 et le prestigieux Prix Cervantès en 1987 pour l’ensemble de son œuvre. En France, le président François Mitterrand lui décerne la Légion d’Honneur en 1992.

1993 :
Géographie du roman (réflexion sur la littérature et l’écriture)

1994 : Diane ou la Chasseresse solitaire (1994, récit de sa liaison passionnée avec l’actrice Jean Seberg)
1999 :
Les années avec Laura Diaz. Carlos Fuentes Lemus, le fils de l’écrivain, se trouve à l’hôtel Camino Real de Puerto Vallarta avec sa fiancée Yvette quand il est atteint par un infarctus pulmonaire qui lui sera fatal.
2001 : L’Instinct d’Inez
2002 : Ce que je crois
(son expérience d’écrivain)

2004 :
Contre Bush, un pamphlet
2005 : Le 24 août 2005 c’est au tour de sa fille, Natasha, de trouver la mort. Son corps sans vie est retrouvé près du Centre Historique de Mexico.

2006 : roman L
e Bonheur des familles
2008 : La volonté et la fortune
2010 il recommande aux latinos de ne pas voyager en Arizona, un État raciste selon l’écrivain.
2011, il exprime son opinion sur le candidat du PRI à la présidence de la République du Mexique

15 mai 2012 : âgé de 83 ans, Carlos Fuentes s’éteint à l’Hôpital Ángeles del Pedregal de Mexico, à la suite d’un accident vasculaire cérébral.









Stacks Image 1916




Bibliographie de Carlos Fuentes


  • Los días emmascarados 1954

  • La región más transparente 1958

  • La plus limpide région 1958

  • Las buenas conciencias 1958

  • La muerte de Artemio Cruz 1962

  • La Mort d’Artémio Cruz 1962

  • Aura 1962

  • Cantar de ciegos 1964

  • Chant des aveugles 1964

  • Zona sagrada 1967

  • Cambio de piel 1967

  • Cumpleaños 1969

  • Todos los gatos son pardos 1970

  • El tuerto es rey 1970

  • Le Borgne est roi 1970

  • Los reinos originarios 1971

  • Cuerpos y ofrendas 1972

  • Chac Mool y otros cuentos 1973

  • Terra Nostra 1975

  • Terra Nostra 1975 (Français)

  • La cabeza de la hidra 1978

  • La tête de l’hydre 1978

  • Una familia lejana 1980

  • Une certaine parenté 1980

  • Agua quemada 1981

  • Les Eaux brûlées 1981

  • Orquídeas a la luz de la luna 1982

  • Des orchidées au clair de lune 1982

  • El gringo viejo 1985

  • Le Vieux gringo 1985

  • Palacio Nacional 1986

  • Cristóbal nonato 1987

  • La campaña 1990

  • Christophe et son œuf 1991

  • El naranjo 1993

  • L’oranger 1993

  • Diana o la cazadora solitaria 1994

  • Diane ou La chasseresse solitaire 1994

  • Ce que je crois 2003

  • Apollon et les Putains 2003

  • L’instinct d’Inez 2005

  • Le bonheur des familles 2006

  • Todas las familias felices 2006

  • Les années avec Laura Díaz 2006

  • La voluntad y la fortuna 2008

  • La volonté et la fortune 2008



  • ¥ Carlos Fuentes, Territoires du temps. Une anthologie d'entretiens, Gallimard, 2005 (« Arcades »)

  • ¥ Hector Bianciotti, « Les eaux brûlées, par Carlos Fuentes », La NRF n° 365, juin 1983, pp. 141-142

  • ¥ Adolfo Castañón, « Carlos Fuentes ou L’exhumation du mercure », La NRF n° 556, janvier 2001, pp. 213-220

  • ¥ Marc Froment-Meurice, « Une certaine parenté, par Carlos Fuentes », La NRF n° 352, mai 1982, pp. 141-142

  • ¥ Jean-Charles Gateau, « Terra nostra, par Carlos Fuentes », La NRF n° 324, janvier 1980, pp. 133-136



https://www.books.fr/carlos-fuentes-le-sartre-mexicain/

https://www.monde-diplomatique.fr/2013/07/SCARPETTA/49350

https://journals.openedition.org/babel/3444

Stacks Image 1908
Stacks Image 1914
Stacks Image 1906



Stacks Image 1912





Plan du dossier

1. Résumé complet du roman
La Mort d’Artemio Cruz
2. Biographie plus détaillée de Carlos Fuentes

3. Bibliographie :
a. Le texte
b. La critique

4. Histoire du Mexique
5. La mythologie aztèque
6. Les mythes dans le roman
La Mort d’Artemio Cruz
7. La structure du roman
La Mort d’Artemio Cruz
8. Le personnage d’Artemio Cruz
9. L’écriture de la mort dans le roman

10. COMMENTAIRES DU TEXTE
COMMENTAIRE N° 1 De la p. 72 « Je sens des mains » à la p. 78 « cela endort… cela… »
COMMENTAIRE N° 2 De la p. 101, « Le fil était perdu » à la p. 107, « à la prochaine étape ».
COMMENTAIRE N° 3 De la p. 155, « Tu sentiras » à le p. 150, « cette nuit-là ».
COMMENTAIRE N° 4 De la page 211, « Tu ne sauras pas… » à la p. 216 « dans ce cachot »






pour obtenir le fichier électronique complet de 60 pages en pdf :


Participation de 3,99 euros aux frais d'hébergement du site

Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures.

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être détruit ou dirigé vers votre dossier de courrier indésirable.













  • Étude complémentaire : L’écriture de la mort dans le récit

À propos des trois œuvres suivantes :
• Leon Tolstoï,
La Mort d’Ivan Ilich (1886)
• Samuel Beckett,
Malone meurt (1951)
• Carlos Fuentes,
La Mort d’Artemio Cruz (1962)

D’après les ouvrages suivants :
Philippe ARIÈS, L’Homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977.
– Maurice BLANCHOT,
L’Espace littéraire, Paris, Gallimard, 1968 (le chapitre intitulé « L’œuvre et l’espace de la mort », p. 99 à 211).
– Michel GUIOMAR,
Principes d’une esthétique de la mort, Paris, J. Corti, 1967.
– Vladimir JANK
ÉLÉVITCH, La Mort, Paris, Flammarion, 1966.
– Edgar MORIN,
L’Homme et la mort dans l’histoire, Paris, Correa, 1951.
– Louis-Vincent THOMAS, Anthropologie de la mort, Paris, Payot, 1975.
– Michel VOYELLE,
La Mort et l’Occident, Paris, Gallimard, 1983.
– Michel VOYELLE, La Mort en toutes lettres, P.U. Nancy, 1983.






Stacks Image 1894
Stacks Image 1892
Stacks Image 1890

pour obtenir le fichier électronique complet de 30 pages en pdf :


Participation de 2,99 euros aux frais d'hébergement du site
Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures.

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !








Stacks Image 1900