Lawrence Durrell Le Quatuor d’Alexandrie :

Justine - Balthazar - Mountolive - Cléa





Stacks Image 1729




Le Quatuor d’Alexandrie est une œuvre de l’écrivain anglais Lawrence Durrell (1912-1990), composée de quatre volumes publiés de 1957 à 1960.


L’intrigue du Quatuor d’Alexandrie rassemble des thèmes épars pour créer une impression d’unité dans la désintégration. Chacun des volumes forme un tout qui devient fragment quand il est juxtaposé à un autre fragment. Ainsi des vérités différentes, voire contradictoires, coexistent en une forme de kaléidoscope.


Biographie


Lawrence George Durrell est né le 27 Février 1912, à Jullundur au nord de l'Inde, près du Tibet. Son père Lawrence Samuel Durrell, Anglais, et sa mère, Louisa Florence Dixie, Irlandaise, étaient également nés en Inde. Ce mélange de nationalités a marqué l'imagination créatrice de Durrell. Il proclamera des années plus tard qu'il avait « une mentalité tibétaine. »


L’enfance heureuse de Durrell a pris fin quand il a été expédié en Angleterre à onze ans pour être instruit et éduqué. Il se sentait si mal à l’aise en Angleterre qu’il nommait son mode de vie « la mort anglaise ».

Il expliquait : « La vie anglaise est vraiment comme une autopsie. Elle est tellement, tellement triste». Profondément aliéné, il refusa de se conformer à l'embrigadement de la vie scolaire anglaise, en refusant de passer les examens universitaires. Il détestera toujours l’Angleterre, cette « petite île mesquine qui m’a dépossédé de moi-même ».

Ayant abandonné ses études, Durrell fait toutes sortes de petits boulots : photographe, portefaix, employé d’agence immobilière, pianiste de bar…


Au lieu de cela, il décide de devenir écrivain. Au début, il a du mal à trouver sa voix tant en vers qu’en fiction. Après la publication de son premier roman,
Pied Piper of Lovers (1935), il a inventé un pseudonyme, Charles Norden, et a écrit son deuxième roman, Panic Spring (1937), à destination du grand public.


En 1935, deux événements heureux se produisent qui ont changé le cours de sa carrière. Tout d'abord, il persuade sa mère, ses frères et sœurs, et son épouse, Nancy Myers, de venir vivre à Corfou, en Grèce, pour vivre plus économiquement et échapper à l'hiver anglais.

La vie en Grèce a été une révélation ; Durrell a estimé qu'il s’était replongé dans l'Inde. C’est en Grèce qu’il a écrit un plan pour
Le Livre des Morts, un prototype — même s’il y ressemblait peu — de ce qui sera son plus grand accomplissement littéraire, Le Quatuor d'Alexandrie.


Ensuite, Durrell découvre par hasard
Tropic of Cancer de Henry Miller (1934) et a écrit une lettre d’admirateur à Miller. Ainsi commença une amitié de quarante-cinq ans et une correspondance suivie en fonction de leur amour de la littérature, de leur fascination pour l'Extrême-Orient, et de leur camaraderie par-delà les revers personnels et artistiques.


Dans leurs premières lettres, Miller a fait l'éloge de Durrell et l'a exhorté à ne pas adhérer à la suggestion de l’éditeur Faber d’expurger des parties de
The Black Book (1938), le travail sur lequel Durrell était alors concentré. Durrell a suivi les conseils de Miller et est resté ferme.


Après six ans de vie à Corfou et à Athènes, Durrell et son épouse ont été contraints de fuir la Grèce en 1941, juste devant l’avance de l’armée nazie. Ils se sont installés ensemble au Caire, avec leur petite fille Penelope Bérengère, qui était née en 1940.


En 1942, séparé de sa femme, Durrell a déménagé à Alexandrie, en
Égypte, et est devenu attaché de presse au Bureau d'information britannique. Parallèlement à son travail, Durrell en réalité observe de près le mélange de points de vue, de sensations, et de gens qu’Alexandrie, carrefour de l'Orient et l'Occident, avait à offrir en ces temps de guerre.

Sa femme, Nancy Myers, le quitte en emmenant leur fille en Palestine. Il en est fort malheureux. L’
Égypte ne lui plaît guère : il demeure amoureux fou de la Grèce. C’est le poète Constantin Cavafy qui lui permet d’apprivoiser Alexandrie : « il m’a aidé à saisir la grandeur de la ville » confiera-t-il au New York Times en 1973. Ce poète est d’ailleurs présent tout au long du Quatuor, désigné par des périphrases affectueuses.


Il a également rencontré Eve Cohen, une femme juive d'Alexandrie, qui allait devenir son modèle pour le personnage de Justine. Durrell l’épousera en 1947, après son divorce. En 1951, leur fille Sappho Jane est née.


En 1945, « libéré de [sa] prison égyptienne »,  Durrell était « libre enfin de revenir à la Grèce ».  Il passe deux ans à Rhodes en tant que directeur des relations publiques pour les îles du Dodécanèse. Il quitte Rhodes pour devenir directeur de l'Institut du British Council à Cordoba, Argentine, en 1947-48. Il déménage ensuite à Belgrade, en Yougoslavie, où il est attaché de presse de 1949 à 1952.


Durrell retourne à la Méditerranée en 1952, dans l'espoir de trouver la sérénité pour écrire. Il achète une maison en pierres à Chypre et gagne sa vie à enseigner la littérature anglaise. Pendant cette période de temps, la paix s’avère insaisissable. La guerre a éclaté entre les Chypriotes grecs qui désiraient l’union avec la Grèce, la Colombie (qui était encore tentée de contrôler Chypre comme une colonie de la Couronne), et les Chypriotes turcs (qui étaient favorables à la partition).

Durrell, à cette époque, avait quitté l'enseignement et travaillait comme agent de relations publiques britannique à Nicosie. Il se trouva pris entre les factions belligérantes et devint même une cible pour les terroristes.
Bitter Lemons (1957) est le compte-rendu de ces années troublées.


C’est à Chypre que Durrell a commencé à écrire
Justine, le premier volume de The Alexandria Quartet. Il complètera la tétralogie en France. Le Quatuor a été publié entre 1957 et 1960 et a été un succès critique et commercial. Durrell a été reconnu comme un auteur de renommée internationale.


Après avoir été forcé de quitter Chypre, Durrell se fixe finalement à Sommières, dans le sud de la France, une petite commune qui lui rappelle la Grèce. Dans les trente-cinq années suivantes, il a produit deux autres cycles de romans :
La Révolte d'Aphrodite, comprenant Tunc (1968) et Nunquam (1970), et Le Quintette d'Avignon (1974-1985). Aucun de ces cycles n’a atteint le succès critique et populaire du Quatuor d'Alexandrie. Durrell a continué à écrire de la poésie, et sa poésie Collected est apparu en 1980.


Durrell s’est encore marié deux fois. Il a épousé sa troisième femme, Claude-Marie Vincendon, en 1961. Il l’avait rencontrée à Chypre. Alexandrine elle aussi, elle était la petite-fille du baron de Menasce. Il a été dévasté quand elle est morte d'un cancer en 1967. Son quatrième mariage, avec Ghislaine de Boysson, a commencé en 1973 et a pris fin en 1979. Ses dernières années furent assombries par le suicide de sa fille Sappho-Jane, en 1985. Son travail final,
Caesar's Vast Ghost, a été publié en 1990. Lawrence Durrell est décédé le 7 novembre 1990.



Bibliographie

Œuvres de Lawrence Durrell

Durrell, Lawrence, Affaires urgentes, Scènes de la vie diplomatique, Paris, Nil éditions, 2004.

Durrell Lawrence, Hammadi Roger,
Alexandrie d’Égypte, Les lieux du Quatuor d’Alexandrie, Paris, E. Koehler, 1989.

Durrell, Lawrence,
L’ombre infinie de César, Regards sur la Provence, (1réd. London, Faber and Faber, 1990), ré́éd. Paris, Gallimard, 1994

Durrell, Lawrence,
Le Carnet Noir, (1re éd. Paris, Obelisk Press, 1938), ré́éd. Paris, Gallimard, 1961.

Durrell, Lawrence,
Le sourire du Tao, (1re éd. London, Wildwood House, 1980), ré́éd. Paris, Gallimard, 1982.

Durrell, Lawrence,
Nunquam, corrected English proof copy, New Haven, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, call number : Uncat. Ms Vault. 469, 1987.

Durrell, Lawrence,
Pied Piper of Lovers, London, Cassell, 1935.

Durrell, Lawrence,
Poèmes, (1re éd. London, Faber and Faber, 1960), ré́éd. Paris, Gallimard, 1966.

Durrell, Lawrence,
Prospero’s Cell, A Guide to the Landscape and Manners of the Island of Corcyra, London, Faber and Faber, 1945.

Durrell, Lawrence,
Reflections on a Marine Venus, (1re éd. London, Faber and Faber, 1953), rééd. London, Faber and Faber, 1960.

Durrell, Lawrence,
The Alexandria Quartet, (1re éd. London, Faber and Faber, 1962), rééd. London, Faber and Faber, 1968.

Durrell, Lawrence,
The Dark Labyrinth, (1re éd. Cefal, London, Éditions Poetry, 1947), ré́éd. New York, Penguin Books, 1978.

Durrell, Lawrence,
Tunc, manuscrit dactylographie et annoté par l’auteur, New Haven, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, call number : Uncat. Ms Vault. 467, 1987.

Durrell, Lawrence,
Vénus et la mer, (1re éd. London, Faber and Faber, 1953), ré́éd. Paris, Buchet/Chastel, 1962.



Autres ouvrages :

CAVAFY, Constantin. Poèmes (trad. Papoutsakis, G.). Paris, Les Belles Lettres, 1977.

COHEN, Chalom.
Inchira, fille d'Alexandrie. Paris : Éd. de L'Aube, 1992.

ERRERA, Eglal. « Le rêve d'Alexandre ou le mythe littéraire »,
Alexandrie 1860-1960. Paris, Éd. Autrement, 1992.

EMPEREUR, Jean-Yves. « Alexandrie hors-les-murs »,
Alexandrie III, siècle av. J.-C. Paris, Autrement, 1992.

FORSTER, E.M.
Alexandria, a History and a Guide. London, Michael Haag, 1982.


HASSOUN, Jacques.
Alexandries. Paris, La Découverte, 1985.

HASSOUN, Jacques. « Les avenues de la mort, Lettre d'Alexandrie »,
Des psychanalystes vous parlent de la mort. Paris, Tchou, 1979.

MAHFOUZ, Naguib. Miramar. Paris, Denoël, 1990.

PLUTARQUE,
La vie des grands hommes. Paris, Gallimard, 1980.

PONTALIS, Jean-Baptiste.
Loin. Paris, Gallimard, 1980.

SHAKESPEARE, William.
Antony and Cleopatra. London, Arden, 1965.

TARN, W.W., CHARLESWORTH, M.P.
Octavian, Antony and Cleopatra. Cambridge, Cambridge UP, 1969.

TSIRKAS, Stratis.
Cités à la dérive (trad. Lerouvre, C. & Prokopaki, C.). Paris, Points Seuil, 1971.


Interviews


Beaulieu, Denyse, « Lawrence Durrell : il a créé́ le mythe » in : Globe, octobre 1989.

Brelet, Claudine,
Entretiens : Lawrence Durrell, (in : Twentieth Century Literature, Vol. 33, No 3, Part I, automne 1987), dactylogramme, Bibliothèque L. Durrell, Université́ Paris 10-Nanterre, cote : INT 208, 1968.

Briatte, Robert, « Lawrence Durrell : portrait inachevé́… » in :
Dolines, No 11, octobre-novembre 1984.

Demert, Gilles, « Lawrence Durrell » in :
Jours de France, 26 décembre 1987.


Études


Alexandre-Garner Corinne, « Le Quatuor d’Alexandrie », fragmentation et écriture écriture : étude sur l’amour, la femme et l’écriture dans le roman de Lawrence Durrell, New York, Éditions Peter Lang, 1985.

Cornu, Marie Renée,
La dynamique du Quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durrell : trois études, Montréal, Didier, 1979.

Errera, Eglal,
Le goût d’Alexandrie, Mercure de France, 2003.

Friedman, Alan Warren,
Lawrence Durrell and The Alexandria Quartet : Art for Love’s Sake, (Ann Arbor, University of Rochester, 1966), Norman, University of Oklahoma Press, 1970

Ghinste, Josée van de,
Lawrence Durrell : Le Quatuor Alexandrin et le mythe de la création, Paris, A. G. Nizet, 1983.

Guillemard, Colette,
Le labyrinthe romanesque de Lawrence Durrell, (thèse de doctorat ès lettres, Université́ de Lille 3, 1980), Paris, H. Champion, 1980.

MacNiven, Ian,
Lawrence Durrell, A Biography, London, Faber and Faber, 1998.

Moore, Harry ed.,
The World of Lawrence Durrell, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1962.

Ostovany Jeanine « L’Élusif dans
Le Quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durrell ». Thèse de 3° cycle, cote : 1089, Paris X : 1980.

Pelletier, Jacques,
Le Quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durrell, Hachette, 1975.

Volkoff, Vladimir,
Lawrence le Magnifique : essai sur Lawrence Durrell et le roman relativiste, Paris, L’Âge d’Homme, 1984.


Ouvrages non publiés (thèses)

Allart, Claude, Le Quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durrell : système d’écriture et méthode comparatiste, thèse de doctorat en littérature comparée, Université Paris 10- Nanterre, code établissement : 920502102, cote : 011462434, N° national de thèse : 1991PA10-43, 1991.

Gadant, Monique,
Alexandrie la ville dans le Quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durrell, dactylogramme inédit, Bibliothèque L. Durrell, Université Paris 10-Nanterre, cote : Alq 1195.

Guillemard Byltiauw, Colette,
Le labyrinthe romanesque de Lawrence Durrell, thèse en lettres, Université Paris 3, Bibliothèque de la Sorbonne cote : W4 =1977-102-1 et W4 =1977-102-2, 1977.




Plan de l’étude :

1. Biographie de Lawrence Durrell
2. Résumé des quatre romans
3. Analyse :
J
ustine
Balthazar
Mountolive
Cléa

4. L’espace : Alexandrie
5. Les personnages
6. Le Quatuor :
Réception de l’œuvre
Place de l’œuvre dans la littérature contemporaine
Place de l’œuvre dans le parcours créatif de L. Durrell
Clefs biographiques
7. La théorie du roman
8. Les voix narratives
9. Le roman des artistes
10. Un roman d’apprentissage
11. Trois personnages, trois formes d’amour, une seule figure de la féminité
12. Une éducation sentimentale
13. Intrigues en trompe l’œil
14. Thèmes et décors
15. Les œuvres suivantes de L. Durrell




pour obtenir le fichier électronique complet de 90 pages en pdf :


Participation de 3,99 euros aux frais d'hébergement du site

Après le règlement, vous recevrez par courriel un lien de téléchargement sécurisé, valable une seule fois et pendant 24 heures.

Si vous utilisez un logiciel antispam, de type "Avast": attention! votre lien de téléchargement risque d'être dirigé vers votre dossier de courrier indésirable. Surveillez celui-ci !